Reconnaître les subordonnées circonstancielles

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
Comme son nom l'indique, une proposition subordonnée circonstancielle évoque une circonstance, liée à la proposition principale. Elle peut donc avoir un sens différent selon la circonstance.
1. Reconnaître une subordonnée circonstancielle
• Une proposition subordonnée circonstancielle est une proposition qui joue le rôle d'un complément circonstanciel. Elle constitue donc un groupe facultatif et peut être supprimée de la phrase.
Je travaillerai [pendant que tu dormiras].
La subordonnée pendant que tu dormiras est complément circonstanciel de temps.
• Les subordonnées conjonctives circonstancielles sont introduites :
  • soit par une conjonction (quand, comme, si, lorsque, que, etc.)
  • soit par une locution conjonctive (dès que, parce que, si bien que, pour que, au cas où, même si, etc.)
Remarque : on classe aussi, parmi les subordonnées circonstancielles, les subordonnées participiales (qui ont pour noyau un participe).
[Son petit frère endormi], Séverine se mit au travail.
(= Quand son petit frère fut endormi, Séverine se mit au travail.)
Son petit frère endormi est une subordonnée participiale complément circonstanciel de temps.
2. Classer les subordonnées circonstancielles selon leur sens
On distingue les subordonnées circonstancielles de :
  • temps → Je travaillerai quand Valentin fera moins de bruit ;
  • cause → Je n'arrive pas à travailler parce que Valentin fait trop de bruit ;
  • conséquence → Il fait tellement de bruit que je n'arrive pas à travailler ;
  • but → Va te coucher pour que je puisse enfin me mettre au travail ;
  • condition → Si tu te calmes, je pourrai peut-être me mettre enfin au travail ;
  • opposition → Bien que je sois fatigué, je ne me coucherai pas avant d'avoir fini ;
  • comparaison → Elle finit son travail tard dans la nuit ainsi qu'elle l'avait prévu.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2014, rue des écoles