La littérature au xviie siècle en Europe

-----------------------------------------------

Les œuvres clés

  • 1601 : Hamlet, Shakespeare
  • 1604 : Guzmán de Alfarache, Alemán
  • 1605 : Macbeth, Shakespeare
  • 1605-1615 : Don Quichotte, Cervantès
  • v. 1620 : L'Abuseur de Séville, Tirso de Molina
  • 1623 : Adonis, Marino
  • 1635 : La Vie est un songe, Calderón
  • 1667 : Paradis perdu, Milton

La fiche

À l'humanisme triomphant de la première moitié du xvie siècle, succède en Europe un sentiment de désenchantement et de grande incertitude, qui va se traduire par un vaste mouvement artistique et culturel : le baroque. Ce mouvement concerne tous les arts : peinture, sculpture, architecture, musique et littérature et émerge tout d'abord en Italie avant de se propager dans le reste de l'Europe. Il se nourrit d'un profond sentiment d'instabilité, lié aux crises politiques et religieuses qui secouent la majorité des pays européens, mais aussi aux nouvelles découvertes scientifiques qui relativisent la place de l'homme dans l'univers, comme aux retours réguliers de grandes épidémies.
Le terme vient du portugais barroco et désigne à l'origine une perle de forme irrégulière, soulignant ainsi l'importance du mouvement et de « l'irrégularité » dans cette nouvelle esthétique. Sur le plan littéraire, le baroque va avoir de profonds retentissements et inspirer de nombreuses œuvres, en particulier théâtrales. Cependant, le xviie siècle est également le siècle qui voit naître le premier grand roman moderne, en Espagne, sous la plume de Cervantès.
Le théâtre
Le drame élisabéthain
• Le drame élisabéthain s'épanouit en Angleterre de la fin du xvie siècle à 1642, date qui correspond à la fermeture des théâtres londoniens sous l'influence des puritains. De la production foisonnante de l'époque émerge un grand génie qui influencera toute la création théâtrale à venir : Shakespeare. William Shakespeare est un des plus grands dramaturges et poètes de langue anglaise. Il s'est illustré aussi bien dans la comédie que dans la tragédie ou encore les pièces historiques. De Roméo et Juliette à Hamlet, en passant par La Tempête ou Richard III, son œuvre théâtrale est d'une grande richesse et d'une ampleur unique. Elle approfondit la psychologie des personnages et révèle un questionnement permanent sur l'homme, en particulier sur l'amour ou le pouvoir.
• S'inscrivant dans l'esthétique baroque, le théâtre shakespearien refuse toute règle et mélange les registres dans une même pièce ; les personnages bouffons peuvent y côtoyer les personnages tragiques ou sanguinaires. Il offre également une réflexion sur le thème de l'apparence et de l'illusion, et joue souvent sur des effets de théâtre dans le théâtre, motif typiquement baroque et qui rappelle que le monde n'est qu'un théâtre (« the world is a stage ». Ainsi, dans Hamlet, le personnage éponyme fait représenter, par une troupe de comédiens, le meurtre de son père devant le meurtrier lui-même. Le théâtre de Shakespeare, par la richesse de ses multiples significations, touche aussi bien un public cultivé qu'un public populaire.
Le Siècle d'or espagnol
• Le théâtre espagnol connaît son Siècle d'or. Tirso de Molina, le premier, donne vie à un Don Juan dans sa pièce L'Abuseur de Séville. À partir de ce premier opus, le personnage aura une longue destinée pour finalement acquérir la force d'un mythe en se propageant en Italie et en France, où Molière en donnera une des versions les plus célèbres et marquantes.
• Surtout, l'Espagne voit naître un de ses dramaturges les plus influents : Calderón. Celui-ci est l'auteur d'autos sacramentales, c'est-à-dire de pièces religieuses qui mettent en scène le destin de l'homme, avec une force dramatique et un langage poétique d'une grande nouveauté. Ses pièces sont fortement imprégnées de l'esthétique baroque et présentent le monde comme un vaste théâtre où les hommes jouent un rôle. En témoigne sa fameuse pièce Le Grand Théâtre du monde, qui reprend la fameuse thématique latine chère aux baroques du theatrum mundi. Dans le théâtre de Calderón, les jeux de masques et d'apparences sont là pour rappeler que « la vie est un songe », qu'elle est précaire et illusoire.
La commedia dell'arte
• En Italie, la commedia dell'arte continue d'occuper le devant de la scène. Populaire depuis le xvie siècle, cette forme théâtrale se caractérise par l'improvisation à partir d'un canevas et a une influence notable sur la comédie, en particulier française, à partir du xviie siècle. On en retrouve ainsi la trace chez Molière puis chez Marivaux au xviiie siècle. La commedia dell'arte joue beaucoup sur le comique gestuel, les mimes et les acrobaties, mais aussi sur les jeux de mots et les plaisanteries bouffonnes.
• Elle met en scène des personnages types, comme Pantalon, le vieux barbon, Arlequin, le valet bon vivant, ou Colombine, la jeune amoureuse. Ces personnages sont souvent relativement caricaturaux et portent des masques clairement identifiables. Ces pièces jouées sur des tréteaux, dans les rues, par des compagnies itinérantes, ont un immense succès tout au long du xviie siècle et se répandent progressivement en France et en Espagne.
Le roman
Le roman picaresque
• Le premier roman picaresque de la littérature espagnole est une œuvre anonyme du xvie siècle : Lazarillo de Tormes. Ce type de roman est appelé à une longue fortune au xviie siècle. Un des romans les plus célèbres de l'époque, datant de 1604, reste Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, qui reprend en l'amplifiant et en lui donnant une forme définitive le genre amorcé par Lazarillo de Tormes. Le roman picaresque narre les aventures d'un picaro, c'est-à-dire d'un jeune orphelin, contraint à faire seul son chemin dans la vie et à survivre au jour le jour.
• Le picaro incarne alors la quête d'un individu aux prises avec un monde hostile et instable, qui s'apparente à un univers labyrinthique et où les apparences sont bien souvent trompeuses. Le picaro n'est pas un chevalier, c'est un gueux, rusé et parfois escroc, qui parcourt le monde en défendant avec acharnement sa liberté et ne reconnaît qu'un maître : Dieu. Ces récits picaresques prennent souvent la forme de récits autobiographiques : Guzmán fait ainsi le récit de sa vie et, pécheur repenti, rappelle ses aventures souvent scandaleuses.
Cervantès
• Avec Cervantès, l'Espagne écrit une page fondamentale de l'histoire du roman. Miguel de Cervantès a eu une vie marquée par de nombreux échecs. Homme d'affaires malchanceux, écrivain peu reconnu par ses pairs, il se tourne vers le roman de chevalerie très en vogue encore à son époque. Mais les aventures de son héros se situent dans un monde contemporain et son personnage, Don Quichotte, un hidalgo pauvre et ridicule, lui permet de faire la satire des romans chevaleresques. En effet, Don Quichotte, avide lecteur de ces romans, confond réalité et fiction et ne parvient pas à s'adapter au monde tel qu'il est. Il part ainsi en guerre, flanqué de son fidèle valet illettré et comique, Sancho Pança, contre les moulins à vent qui envahissent la campagne espagnole et qu'il prend pour des géants. On retrouve là encore la thématique baroque des apparences et de l'illusion.
• Les errances de Don Quichotte dans un monde qu'il ne comprend pas bien, ses rêves, ses folles ambitions donnent toute sa saveur et son humour au roman de Cervantès. Celui-ci eut un retentissement considérable. Il connut un grand succès populaire en Espagne et fut traduit presque immédiatement en France et en Angleterre, initiant ainsi le roman moderne.
La poésie
La poésie baroque
• La poésie baroque connaît de nombreuses réalisations en Europe, notamment en France, en Italie ou en Angleterre. Le poète anglais John Donne est le chef de file de la poésie métaphysique. Prêcheur très reconnu en son temps, Donne est également l'auteur de poèmes amoureux, qui mêlent unions spirituelle et charnelle et qui reflètent son obsession de la mort. S'inscrivant dans la mouvance baroque, ses œuvres jouent d'images inattendues et complexes. Le poète marqua toute une génération d'écrivains anglais et fut redécouvert et célébré au xxe siècle.
• En Italie, le poète le plus important de l'époque est Giambattista Marino, qui a vécu en France à la cour de Louis XIII et est également connu sous le nom de cavalier Marin. Son œuvre magistrale, L'Adone, est un long poème mythologique qui raconte les amours de Vénus et d'Adonis. Sa poésie, brillante et raffinée, est faite d'images recherchées, de digressions variées et galantes qui reprennent les thèmes baroques habituels. Cette forme de préciosité est caractéristique du poète et constitue même ce qu'on a appelé « le marinisme ».
Milton
• John Milton est un des poètes les plus importants de la période. Poète érudit, prosateur engagé dans les querelles politiques de son temps, Milton est l'auteur du fameux Paradis perdu, publié en 1667. Le poète, touché par la cécité, fut contraint de dicter son très long poème épique qui décrit la création du monde et de l'humanité et l'origine du mal, avec un souffle inégalé. Le succès de Milton s'imposa au long du xviie siècle pour faire de lui un des poètes les plus influents jusqu'au romantisme et sa gloire éclipsa toute la création poétique anglaise du siècle suivant.

Pour aller plus loin

À découvrir
Film : Shakespeare in Love, J. Madden.
Sculpture :
  • Apollon et Daphné, Le Bernin.
  • Le baldaquin de Saint-Pierre de Rome, Le Bernin.
Peinture : La Descente de Croix, Rubens.
Repère bibliographique
  • L'Intérieur et l'Extérieur, J. Rousset.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2017, rue des écoles