La philosophie contemporaine

-----------------------------------------------
De quel ouvrage s'agit-il ?
Cet ouvrage de John Rawls (né en 1921), qui parut en 1971, a connu un retentissement considérable et fut un des livres de philosophie les plus vendus au monde. Se réclamant de la philosophie idéaliste (principalement de la pensée kantienne), Rawls entend y fonder philosophiquement l'État providence.
Cochez la bonne réponse.
La société contre l'État
Théorie de la justice
Les origines du totalitarisme
Le principe responsabilité
Multiculturalisme, différence et démocratie
Score : .. /20
Commentaire
• Dans Théorie de la justice, Rawls tente de concilier la liberté des individus et une répartition sinon égale, du moins juste des richesses. La question est donc celle de la justice : qu'est-ce qui doit être considéré comme juste ? D'autant que dans un système démocratique, certaines parties de la population sont systématiquement minoritaires et n'ont pas accès au pouvoir de décision. La justice doit donc pouvoir être corrective : il faut substituer l'équité à l'égalité, et par exemple accepter de donner plus à certains qu'à d'autres, si cela permet de corriger des inégalités sociales (principe que l'on trouve à l'œuvre dans la « discrimination positive »).
Multiculturalisme, différence et démocratie (1992) est un ouvrage de Charles Taylor (né en 1931) : il s'agit de poser l'exigence d'universalisme, contre les tentatives de repli individuel et communautaire. Sa critique du culte contemporain de « l'authenticité » montre que cette notion entre en conflit avec la rationalité en son sens classique, et met en danger les fondements mêmes de la modernité.
La société contre l'État (1974) est un ouvrage de Pierre Clastres (1934-1977) dans lequel il s'attaque aux conceptions évolutionnistes et marxisantes, qui voient dans les sociétés primitives des communautés limitées par leur manque de structures étatiques. Clastres démontre au contraire que ces types d'organisation sociale se sont construits contre toute institution étatique : le chef n'y dispose d'aucun pouvoir réel.
Les origines du totalitarisme (1951) est un ouvrage de Hannah Arendt (1906-1975) : elle y montre que le nazisme ne s'explique en rien par une « âme allemande », par nature soumise à l'autorité ou par nature antisémite. Le totalitarisme (qu'il soit nazi ou communiste) naît bien plutôt de la « condition de l'homme moderne » (pour reprendre le titre d'un autre de ses ouvrages) : atomisation sociale, ère des masses avec toute la « désolation » que cela implique, confusion du privé et du public (c'est-à-dire de l'ordre économique de la production et de l'ordre politique de l'action) qui conduit à réduire la politique à une gestion, et la vie publique à la vie privée (travail, consommation).
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2019, rue des écoles