International Herald Tribune (02/03/2007)

-----------------------------------------------

Énoncé

Traduisez l'extrait suivant en français.
« What is in a name? Everything. Yet today it has become increasingly difficult to find a name for a company, a product, even a new shade of lipstick that has not been taken already. "Finding names today is a total headache", said Bernard Fornas, the president and chief executive officer of Cartier. "Once you come up with a name that's interesting, you'll also discover that it's already registered". "In the end, it's all a legal game", said Joe Gubernick, chief marketing officer for Estée Lauder, who has been with the company for more than 30 years and recalls when the naming process was not so hard. What has changed, according to industry experts, is that companies and their distribution of goods have become more global than, say, 20 years ago. Now names have to be registered with the proper authorities in a company's home country and secured in a range of other nations. And the Internet, with its global reach, has greatly complicated the entire process. »
Katie Weisman, International Herald Tribune, "When luxury companies play the name game", March 2, 2007

Corrigé

Qu'y a-t-il dans un nom ? Tout. Il est pourtant1 de plus en plus difficile2 aujourd'hui de trouver un nom pour une société, un produit, même une nouvelle couleur de rouge à lèvres qui n'ait pas déjà été utilisé.
« Trouver des noms aujourd'hui est un vrai casse-tête3 », a déclaré4 Bernard Fornas, PDG de Cartier. « Quand5 vous proposez un nom intéressant, vous allez également découvrir qu'il est déjà déposé6. »
« En fin de compte7, c'est tout un jeu juridique », a déclaré le directeur de marketing d'Estée Lauder, Joe Gubernick8, qui travaille9 pour cette société depuis plus de 30 ans et qui se souvient10 de l'époque où le processus pour trouver un nom n'était pas si difficile.
Ce qui a changé, selon les experts de l'industrie, c'est que les sociétés et la distribution de leurs produits sont devenues plus internationales11 qu'il y a disons 20 ans.
Maintenant il faut déposer12 les noms auprès des autorités compétentes13 dans le pays d'origine de la société et il faut les sécuriser dans un certain nombre14 d'autres pays. Et Internet15, qui a une portée mondiale, a compliqué encore davantage tout le processus.
Commentaire
1. ici yet = however.
À ne pas confondre avec : I haven't read it yet = je ne l'ai pas encore lu.
2. it has become increasingly difficult = it has become more and more difficult.
3. ici headache = problème.
4. après une citation, il faut souvent traduire le verbe to say autrement que par un simple « dire ».
5. variante : « une fois que ».
6. variante : « enregistré ».
7. variante : « en définitive ».
8. L'ordre de la phrase a été un peu modifié pour éviter la répétition de « et ».
9. who has been with the company = who has worked for the company.
La traduction par le présent est obligatoire car il travaille toujours pour Estée Lauder.
Il faut étoffer l'article défini en le traduisant par un pronom démonstratif.
10. variante : « se rappelle ».
recall sth = to remember sth = se souvenir de qqch.
Notez : le verbe to remind, qui a le sens de « rappeler », se construit autrement. to remind sb of sth = rappeler qqch à qqn.
11. variante : « mondiales ».
Notez : globalization = mondialisation.
12. La tournure passive est à éviter.
13. variante : « adéquates ».
Notez : proper peut se traduire par « véritable » (a proper job) ou par convenable (a proper behaviour) selon les contextes.
14. Notez : a range of = une gamme de.
15. Notez que l'on emploie plus souvent l'article défini devant « internet » en anglais qu'en français.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles