Texte d'Alphonse de Lamartine

-----------------------------------------------

Énoncé

Ce texte comporte des fautes d'orthographe et de grammaire. Corrigez-les.
« Vous ne me ferai pas reculé, vous ne me ferai pas taire tant que j'aurais un soufle de vie sur les lèvres. J'aime l'ordre, j'y dévous, comme vous voyez, ma vie ; j'éxecre l'anarchie, parcequ'elle est le démembrement de la société civilisée ; j'aborre la démagogie parce qu'elle est la honte du peuple et le scandale de la liberté ; mais quoi que né dans une région social plus favorisée, plus heureuse que vous, mes amis, que dis je ? précisément parce que j'y suis né, parce que j'ai moins travaillé, moins souffert que vous, parce qu'il m'est restait plus de loisir et de réflèxion pour contemplé vos détresses et pour y compatir de plus haut, ayez confiance dans mes conseils, repousser ce drapeau de sang ! »
Alphonse de Lamartine, Contre le drapeau rouge, 1848

Corrigé

« Vous ne me ferez pas reculer1, vous ne me ferez pas taire tant que j'aurai un souffle de vie sur les lèvres. J'aime l'ordre, j'y dévoue2, comme vous voyez, ma vie ; j'exècre3 l'anarchie, parce qu'elle est le démembrement de la société civilisée ; j'abhorre la démagogie parce qu'elle est la honte du peuple et le scandale de la liberté ; mais quoique né dans une région sociale plus favorisée, plus heureuse que vous, mes amis, que dis-je ?4 précisément parce que j'y suis né, parce que j'ai moins travaillé, moins souffert que vous, parce qu'il m'est resté plus de loisir et de réflexion pour contempler5 vos détresses et pour y compatir de plus haut, ayez confiance dans mes conseils, repoussez ce drapeau de sang ! »
Alphonse de Lamartine, Contre le drapeau rouge, 1848

Commentaire
1. Les formes verbales doivent faire l'objet d'une attention particulière.
La périphrase factitive comprenant le semi-auxiliaire « faire » se construit avec l'infinitif.
Ici, dans la première phrase, on peut rapprocher « faire reculer  de « faire taire » et déduire que le verbe « reculer » est à l'infinitif.
2. Au présent de l'indicatif des verbes du premier groupe (type « chanter »), la terminaison « e » est régulière à toutes les personnes du singulier, même si on ne l'entend pas (« j'y dévoue ma vie », comme on a « je chante ».
3. Jamais d'accent avant un « x ».
4. Ne pas oublier le trait d'union dans la forme interrogative « que dis-je ? »
5. Après une préposition, la forme verbale est l'infinitif : « pour contempler » comme on a « pour faire », « pour subir » ou « pour prendre ».
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles