Texte de Théophile Gautier

-----------------------------------------------

Énoncé

Ce texte comporte des fautes d'orthographe et de grammaire. Corrigez-les.
« L'alouette chantat, une lueure pale se joua sur les rideaux. Aussitôt qu'Angela l'aperçue, elle se leva précipitament, me fis un geste d'adieu, et, aprés quelque pas, poussa un cris et tomba de sa hauteur. Saisis d'effroi, je m'élançais pour la relever… Mon sang se fige rien que d'y pensé : je ne trouvai rien que la cafetière brisé en mille morceau. À cet vue, persuadée que j'avais été le jouet de quelques illusions diaboliques, une tel frayeur s'empara de mois que je m'évanoui. Lorsque je repris connaîssance, j'étais dans mon lit. »
Théophile Gautier, Contes fantastiques, « La Cafetière », 1831

Corrigé

« L'alouette chanta1, une lueur pâle se joua sur les rideaux. Aussitôt qu'Angela l'aperçut, elle se leva précipitamment2, me fit3 un geste d'adieu, et, après quelques pas4, poussa un cri et tomba de sa hauteur. Saisi d'effroi, je m'élançai pour la relever… Mon sang se fige rien que d'y penser : je ne trouvai rien que la cafetière brisée en mille morceaux. À cette vue, persuadé que j'avais été le jouet de quelque illusion diabolique, une telle frayeur5 s'empara de moi que je m'évanouis. Lorsque je repris connaissance, j'étais dans mon lit. »
Théophile Gautier, Contes fantastiques, « La Cafetière », 1831

Commentaire
1. La majorité des verbes est au passé simple. Leur terminaison est :
  • en « -ai » pour la première personne du singulier des verbes du premier groupe (« m'élançai », « trouvai ») ;
  • en « -a » pour la première personne du singulier des verbes du premier groupe (« chanta », « joua », « poussa », « tomba ») ;
  • en « -t » pour la troisième personne du deuxième et du troisième groupe (« aperçut », « fit »)
2. « précipitamment » : l'adverbe se compose du participe présent du verbe (« précipitant ») et du suffixe « -ment » (« -ant » + « -ment » = « -amment »).
3. « elle se leva précipitamment, me fit » : le verbe, « fit », s'accorde avec « elle », sujet de « leva » et de « fit »
« me » est un pronom personnel complément d'objet. Ce pronom personnel n'est pas répété et se trouve donc éloigné du verbe.
4. Dans « quelques pas », « quelque » s'accorde avec « pas » car c'est un adjectif indéfini indiquant la quantité, alors que « quelque »est un adverbe invariable dans « quelque illusion diabolique » et signifie « une sorte d'illusion diabolique ».
5. « telle frayeur » : l'adjectif « tel » s'accorde en genre et en nombre avec le nom qu'il accompagne.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles