Employer le bon mode dans une subordonnée conjonctive complétive

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
La subordonnée conjonctive complétive est à l'indicatif ou au subjonctif : cela dépend du verbe qui l'introduit.
• Après les verbes de sentiment et de volonté, on emploie le subjonctif.
Je crains qu'il soit malade.
• Après un verbe de déclaration, d'opinion ou de perception à la forme positive, on emploie :
  • l'indicatif (Julien dit qu'il n'a pas faim) ;
  • le conditionnel, quand la concordance des temps l'exige (Je savais qu'il ne dînerait pas).
• Après un verbe de déclaration ou d'opinion à la forme négative ou dans une phrase interrogative, on peut employer :
  • l'indicatif si le fait énoncé est présenté comme possible (Je ne crois pas qu'il pourra aller au collège demain – pourtant, c'est possible).
  • le subjonctif, si le fait énoncé est présenté comme peu probable (Je ne crois pas qu'il puisse aller au collège demain).
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles