Etudiant et salarié : le cadre général

-----------------------------------------------

Les règles élémentaires

Dès lors que vous travaillez pendant vos études, vous devez avoir un contrat de travail et payer des cotisations de Sécurité sociale, même si vous êtes déjà couvert(e) par le régime étudiant. En revanche, tant que vous serez lycéen(e) ou étudiant(e) et que vous aurez moins de 25 ans, vous serez exonéré(e) d'impôt sur le revenu dans la limite de trois fois le SMIC.
Quelques règles élémentaires à connaître avant de vous engager auprès d'un employeur :
  • l'employeur doit établir avec vous un contrat de travail dans les 2 jours qui suivent votre embauche,
  • le salaire minimum légal (brut) est de 8,71 € de l'heure soit 1 304,85 € par mois pour 35h hebdomadaires,
  • les congés payés sont versés à la fin du contrat,
  • le temps de travail hebdomadaire de référence est de 35h (au-delà de cette durée, toute heure est considérée comme « supplémentaire »)
  • la durée de travail maximale légale est de 48h par semaine et de 10h par jour.
  • vous devez obligatoirement prendre au moins une journée de repos par semaine (en général le dimanche).
  • L'employeur est tenu d'accorder au moins 20 minutes de pause lorsque le temps de travail quotidien atteint 6 heures

Jobs étudiants : sécurité sociale et assurance

La sécurité sociale : rétime étudiant ou salarié ?
La dernière version de la carte Vitale
La dernière version de la carte Vitale
Vous êtes susceptible de dépendre soit du régime étudiant, soit du régime salarié.
  • Si vous avez une job étudiant régulier durant l'année universitaire (au moins 60 heures par mois ou 120 heures par trimestre), vous dépendez du régime salarié. Dans ce cas, vous êtes dispensé d'affiliation au régime étudiant.
  • Si vous exercez un job d'été ou si votre activité n'est que temporaire et va cesser en cours d'année, vous devez cotiser au régime étudiant de sécurité sociale.
Les jobs étudiants et les assurances
Certains jobs étudiants peuvent engager votre responsabilité : la garde d'enfants, d'animaux, les services à domicile… Pensez à vérifier auprès de votre assurance si vous êtes bien garanti dans le cadre de votre contrat multirisques habitation.
Le baby-sitting occasionnel est souvent couvert. Mais ce n'est pas systématique et la garantie peut comporter des restrictions (durée maximale hebdomadaire, par exemple). Si ce job étudiant est régulier et rémunéré, il est possible que vous ayez à souscrire une extension de garantie « garde d'enfant à titre onéreux ». Aussi, n'oubliez pas de vérifier votre contrat.
Le contrat habitation/vie quotidienne de la MAIF vous garantit dans toutes vos activités étudiantes sans suppléments : cours, stages, jobs, sports, voyages, activités associatives, déménagement…
www.maif.fr

Jobs étudiants : impôts et retraite

Les impôts sur le revenu
L'exonération d'impôts est plafonnée...
L'exonération d'impôts est plafonnée...
Pour inciter les jeunes à travailler et leur permettre d'avoir une première expérience du monde du travail, la loi n° 2007-1223 du 21 août 2007 (dite loi TEPA) instaure que les salaires versés au titre d'une activité exercée par tout étudiant de moins de 26 ans sont exonérés d'impôt sur le revenu dans la limite de 3 fois le montant mensuel du SMIC.
Il s'agit d'une limite annuelle valable pour l'ensemble des rémunérations perçues au titre des emplois occupés au cours d'une même année. Cette exonération joue aussi bien si vous êtes imposable en votre nom propre que si vous êtes rattaché au foyer fiscal de vos parents.
Pour un étudiant, la retraite semble loin et pourtant…
Toute activité professionnelle qui a fait l'objet d'un contrat de travail compte dans le calcul des points retraite, qu'elle soit à temps plein ou partiel, de courte ou longue durée. A la fin de votre mission, conservez précieusement les documents qui vous seront remis… jusqu'à votre retraite !
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2017, rue des écoles