Contestation d'une correction

-----------------------------------------------
Nous examinons ici le cas d'une correction faite par une personne n'ayant pas effectué les enseignements correspondants à l'évaluation.
Les faits :
M. B a été ajourné aux épreuves du concours de première année du premier cycle d'études médicales (PCEM1) et demande une autre correction de son devoir. Il invoque à ce titre : le non respect de la double correction, l'absence d'annotation portée sur sa copie, l'erreur commise sur la valeur de sa copie, la méconnaissance du principe de la correction des épreuves par des enseignants ayant assuré les enseignements, l'absence de compétence des correcteurs.
La procédure :
M. B. présente sa requête devant le tribunal administratif de Paris : il demande à ce que la délibération, par laquelle le jury de l'unité de formation et de recherche de médecine l'a ajourné aux épreuves du concours de PECM1, soit annulée.
Le tribunal (décision TA de Paris, 1997) :
Sur les différents points exposés par le requérant, le tribunal estime que :
  • Aucune disposition législative ou réglementaire n'impose au correcteur, tant lors de la double correction qu'au moment de l'arbitrage de la note finale, d'annoter les copies en arrêtant la note,
  • Aucune disposition législative ou réglementaire, ni aucun principe général du droit n'impose la correction des épreuves par les enseignants ayant assuré les enseignements correspondant,
  • Il n'appartient pas au juge administratif de contrôler l'appréciation faite par le jury de la valeur des copies remises par les candidats,
  • Les pièces du dossier établissent que la double correction de la copie de M. B. a été effectuée tout à fait normalement,
  • Les enseignants qui ont corrigée la copie de l'épreuve de M. B. étaient qualifiés pour y procéder.
Compte tenu de tout ce qui précède, il ne sera pas procédé à une autre correction et la délibération du jury est maintenue.
La double correction : cette possibilité existe. Lorsqu'un étudiant pense avoir réussi une épreuve mais qu'il obtient une mauvaise note, il lui est possible de demander une double correction auprès de l'administration. Il faut que celui-ci adresse par courrier une requête au président de l'université ou bien au directeur de l'UFR en explicitant très précisément la nature de sa demande.
Attention :
  • Cette demande n'est pas systématiquement accordée,
  • Si la deuxième note obtenue est inférieure à la première, c'est la seconde qui sera retenue.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles