Passer le permis de conduire

-----------------------------------------------
L'épreuve théorique : le code
L'outil indispensable à de nombreux étudiants provinciaux© Olivier Tuffé - Fotolia
L'outil indispensable à de nombreux étudiants provinciaux
Pendant longtemps, « passer le code » était vécu comme une simple formalité, éventuellement précédée d'une brève période de « bachotage ». Désormais, elle exige une préparation soutenue et une prise de conscience de ce qu'est la route et de ce qu'implique la conduite d'un véhicule. Les cours de préparation au code comportent aujourd'hui 2 dimensions essentielles :
  • l'apprentissage des comportements sur la route : l'accent est mis sur le partage de la route et la prise en compte des autres usagers (motos et camions, mais aussi piétons, cyclistes, enfants, personnes handicapées).
  • l'acquisition de connaissances sur tous les grands thèmes de la sécurité routière : vitesse, freinage, port de la ceinture, fatigue, alcool, médicaments, mauvaises conditions climatiques…
Testez vos connaissances sur les risques routiers : faites le quizz sur www.maif.fr
L'épreuve pratique : l'examen
En 2004, la durée de l'examen est passée de 22 à 35 minutes. L'examinateur vérifie en particulier :
  • la capacité du candidat à gérer son stress au volant : les fautes graves se multiplient en général après les 20 premières minutes de conduite. L'épreuve de conduite dure donc 25 mn, ce qui permet de vérifier si le candidat passe ce cap sans problème.
  • la maîtrise du véhicule : deux manœuvres différentes sont demandées au candidat, dont une obligatoirement en marche arrière. Il peut également lui être demandé d'exécuter un arrêt de précision.
  • la bonne connaissance du véhicule : le candidat est interrogé sur les accessoires intérieurs, sur certaines pièces maîtresses du moteur, sur les feux, les pneumatiques et leur usure, ainsi que sur certains phénomènes comme l'aquaplanage.
Les obligations :
Pour passer le permis, l'ASSR 2 est obligatoire depuis le 1er janvier 2004. Cette règle est valable pour les personnes nées à compter du 1er janvier 1988 et pour toute inscription au permis de conduire des catégories A, A1 (permis moto) ou B (permis voiture), pour la filière traditionnelle comme pour la conduite accompagnée.
Autre obligation : vous faire recenser par votre commune de résidence. Munissez-vous d'une pièce d'identité, d'un justificatif de domicile et du livret de famille de vos parents. Cette démarche vous permettra d'être en règle vis à vis du service national et d'effectuer votre journée d'appel de préparation à la défense. Vous recevrez une attestation de recensement, exigée pour passer examens, concours, et pour vous inscrire au permis.
Une fois le permis en poche :
Le permis de conduire est délivré à titre probatoire, avec six points seulement au lieu des douze qui étaient auparavant automatiquement acquis.
La période de probation est de trois ans, ramenée à deux ans pour celles et ceux qui ont suivi la filière « conduite accompagnée ».
Si vous n'avez pas perdu de points pendant cette période, le permis « à l'essai » est confirmé et le capital est porté à 12 points.
On peut récupérer les points perdus à la suite d'infractions en suivant un stage. Celui-ci est obligatoire et payant en cas de perte de 3 points ou plus.
La conduite sans permis est un délit !
Depuis le 12 mars 2004, le fait de conduire un véhicule sans être titulaire du permis de conduire correspondant à la catégorie du véhicule considéré est un délit puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende avec confiscation possible du véhicule et suspension du permis de conduire.
La conduite malgré la rétention, la suspension, l'annulation ou l'invalidation du permis est un délit puni de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 € d'amende.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2017, rue des écoles