Sécurité routière : priorité à l'action éducative

-----------------------------------------------

Introduction

L'éducation à la sécurité routière fait partie des missions de l'enseignant. Elle s'inscrit dans un continuum éducatif structuré, de la maternelle jusqu'à l'entrée au lycée. Après l'Aper, qui pose les bases de cet apprentissage, deux nouvelles étapes ponctuent la vie scolaire des collégiens. En fin de 5e et de 3e, deux attestations obligatoires valident la formation des élèves, l'ASSR1 et l'ASSR2. Au lycée, aucun examen n'est prévu. Pour autant, la sensibilisation aux risques routiers doit se poursuivre.
© Éric CHAUVET / MAIF

Les risques routiers chez jeunes

Entre 11 et 18 ans, les risques d'accidents de la route se multiplient. On observe un pic d'accidents piétons vers 11 ans lorsque l'enfant effectue seul des trajets pour se rendre à l'école. Entre 11 et 14 ans, l'enfant est aussi très exposé en tant que cycliste, par méconnaissance des règles de priorité et parce qu'il maîtrise encore mal son vélo.
À partir de 14 ans, la conduite d'un cyclo apparaît comme un facteur de risque majeur et affecte avant tout les garçons. Inexpérience, comportements excessifs, esprit de compétition, vitesse inadaptée aux circonstances, méconnaissance ou non-respect des règles de circulation, défaut de protection adaptée (casque, vêtements…), toutes ces raisons expliquent en partie l'augmentation du nombre de victimes.
L'an dernier, plus de 500 adolescents ont perdu la vie, en tant que :
  • passager de véhicule (52 %),
  • conducteur d'un deux-roues motorisé (40 %),
  • piétons (5 %),
  • cycliste (3 %).
Les accidents de la circulation constituent toujours la première cause de mortalité chez les 15-19 ans.

L'éducation à la sécurité routière au collège et au lycée

Les attestations scolaires de sécurité routière (ASSR de niveau 1 et 2) définissent les compétences attendues des élèves de la 6e à la 3e. L'éducation à la sécurité routière porte sur la réglementation, le respect des autres usagers, l'accidentologie et les facteurs de risques (vitesse, ceinture, casque, alcool).
L'ASSR1 est obligatoire pour obtenir le brevet de sécurité routière (BSR), nécessaire à la conduite d'un cyclomoteur. Cette attestation de premier niveau se prépare en classe de 5e (ou en 6e pour les élèves qui auront 14 ans avant la date des épreuves de l'année suivante). L'épreuve consiste à répondre à 20 questions à partir d'un outil multimédia « test@ssr ». Elle donne lieu, sous réserve d'obtenir la note minimale de 10/20, à la délivrance d'une carte nominative remise à l'élève.
En classe de 3e, l'élève devra passer l'ASSR2, obligatoire pour s'inscrire au permis de conduire. Le type d'épreuve et les conditions d'obtention de cette attestation sont les mêmes que pour l'ASSR1.
À partir du lycée, il n'y a plus de validations scolaires en tant que telles donnant lieu à la délivrance d'attestations. L'éducation aux risques routiers doit néanmoins se poursuivre, par exemple, dans le cadre de réflexions de groupe sur le comportement des jeunes au volant.

Des moyens pour accompagner les enseignants

Afin de soutenir les enseignants dans leurs démarches de prévention, la MAIF mène de nombreuses actions sur le terrain. Son réseau associatif de bénévoles, actif depuis plus de 25 ans, dispose de moyens importants pour dispenser une éducation vivante dans les établissements scolaires.
Les rencontres Prévention en IUFM
La MAIF organise chaque année au sein des IUFM des rencontres avec les étudiants et stagiaires pour les aider à appréhender leurs futures missions en matière d'éducation préventive des risques routiers.
© Isabelle NEAUD-GABORIT / MAIF
Le salon de l'Éducation à Paris
Avec un stand de 300 m2 dédié à la prévention des risques routiers, la MAIF propose des animations (simulateur de conduite, scooteur virtuel…) et présente tous les supports pédagogiques que l'association Prévention MAIF met à disposition des éducateurs.
© Olivier MORITZ / MAIF
Sur le terrain…
Prévention MAIF, reconnue « association éducative complémentaire à l'enseignement public » par le ministère de l'Éducation nationale, aide les enseignants à construire un projet pédagogique vivant autour de la prévention des risques routiers. Quelque 2 000 bénévoles sont sollicités sur toute la France pour intervenir en milieu scolaire.
Des supports pédagogiques
Avec le soutien de l'association Prévention MAIF, la mutuelle met gratuitement à disposition de nombreuses ressources pédagogiques sous forme de brochures ou de supports multimédias.
Des ressources en ligne
La MAIF propose aux enseignants la possibilité de former leurs élèves à l'APER et l'ASSR sur le site ecoledelaroute.fr. Fondé sur des cas concrets d'accident, ce projet pédagogique clé en main permet aux élèves d'acquérir les connaissances, les savoir-faire et savoir être nécessaires pour limiter les risques routiers.
Dossier réalisé par la MAIF, mai 2008.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles