Surfer intelligent…

-----------------------------------------------

Introduction

Les jeunes sont les plus gros utilisateurs d'Internet : 69 % des 12-17 ans se servent de l'ordinateur familial, 60 % utilisent la messagerie instantanée, un adolescent sur trois aurait un blog en France. Internet représente une extraordinaire ressource pour s'informer, communiquer, échanger, se divertir, se faire des amis. Encore faut-il en faire bon usage, car le web est aussi source de dangers.
© FOTOLIA

Les risques liés à l'usage d'Internet

Les forums de discussion, les courriers électroniques, les « blogs » interviennent dans le développement personnel des jeunes en leur permettant d'échanger sur des sujets aussi divers que les loisirs, le sport, l'amitié, les difficultés de la vie…
Mais en communiquant sur le net, le jeune « blogueur » doit avoir conscience des risques auxquels il s'expose. Le blog est souvent présenté comme un journal intime, pouvant laisser croire que son accès n'est réservé qu'à des proches ou à un public restreint… alors qu'en réalité, il est consultable par des internautes du monde entier ! Avant la mise en circulation d'informations, il est donc prudent de fixer des limites, en évitant par exemple, de divulguer des données personnelles (de communiquer à visage découvert).
Autres exemples, la diffusion de productions intellectuelles sans l'accord des intéressés ou d'informations portant atteinte à la vie privée des personnes sont passibles de sanctions, même pour les mineurs. Plus graves, les messages à caractère diffamatoire, injurieux, violent, morbide ou obscène sont bien évidemment condamnables. Si l'accès à l'information sur le net semble « sans limite », cela ne veut pas dire qu'il y a absence de règles quant à leur diffusion. Les limites sont celles imposées par la loi, qu'elles portent sur le respect de la propriété intellectuelle ou de la personne humaine.
Indépendamment des blogs, la navigation sur le net ou les rencontres en ligne présentent des risques croissants. Il suffit de quelques clics pour tomber involontairement sur des images choquantes, pornographiques ou racistes. Des logiciels existent pour prévenir l'exposition des mineurs à ces contenus mais ils ne peuvent faire barrage contre la malveillance de certains internautes : cyberpirates, usurpateurs d'identité, escrocs en tous genres. En tout état de cause, une éducation appropriée, à l'école et en famille, peut permettre d'améliorer la sécurité des jeunes et des familles.

Mesures de protection à l'école

Le déploiement généralisé de l'accès à Internet dans les écoles (100 % des lycées, 91 % des collèges et plus de 50 % des écoles) a nécessité des mesures d'accompagnement adaptées.
Depuis la circulaire de février 2004 intitulée « Usages de l'Internet dans le cadre pédagogique et protection des mineurs(1) », un premier plan de mesures pour sécuriser l'usage d'Internet en milieu scolaire a été défini. Sa mise en œuvre est en cours dans les écoles primaires, les collèges et lycées.
D'un point de vue technique, des logiciels de filtrage ont été mis à disposition des équipes éducatives afin de rendre possible le travail en autonomie des élèves. Ils permettent de restreindre les accès à Internet, selon le profil de l'utilisateur connecté. Le principe repose sur des listes de sites interdits (listes noires), des listes de sites autorisés, voire une combinaison des deux ou un mode de filtrage par mots clés. C'est au chef d'établissement de prendre les mesures nécessaires.
Ces dispositifs de protection ne peuvent suffire. Comme le mentionne la circulaire de 2004, ils doivent s'accompagner de mesures de sensibilisation, de formation et de responsabilisation des acteurs.
L'obligation pour chaque école d'établir une charte d'utilisation de l'Internet, à annexer au règlement intérieur, démontre bien toute l'importance donnée au sujet. Cette charte, signée par l'administration, les professeurs et les élèves, engage les signataires à respecter les droits et les obligations de chacun dans l'utilisation des services multimédias en milieu scolaire. Le texte met en garde contre les dérives et dangers potentiels de certains usages en précisant les conditions d'accès et d'utilisation d'Internet.
(1)Circulaire n° 2004-035 du 18 février 2004, parue au BOEN du 26 février 2004.

Le rôle des équipes éducatives

Les équipes éducatives doivent mener, avant tout, un travail d'information et de sensibilisation. Les élèves ne doivent pas ignorer les risques inhérents au « surf », aux échanges sur les « chats » et à la pratique des « blogs ».
En privilégiant l'acquisition d'une démarche critique, les enseignants (avec les parents !) agissent auprès des élèves pour prévenir les possibilités de dérapage. Par exemple, en cas de découverte d'un site inapproprié (violent, pornographique…), ils sont tenus de le signaler aux missions TICE des académies, qui gèrent les listes noires.
L'apprentissage des règles de bonne conduite sur Internet fait aussi partie intégrante de la préparation au brevet informatique et Internet (B2i®). En effet, ce brevet atteste que « l'élève utilise de manière autonome et raisonnée les technologies de l'information pour lire et produire des documents, rechercher des informations qui lui sont utiles. » Au-delà de la technique pure, l'Éducation nationale souhaite que les compétences développées s'inscrivent dans le cadre plus général de l'éducation au civisme et à la citoyenneté.

Quelques conseils aux parents

© FOTOLIA
En plus d'installer un robuste logiciel de sécurité contre les virus, pirates et cyberescrocs, nous recommandons aux parents de définir en famille un vrai code d'utilisation d'Internet. Tout en expliquant aux enfants les risques potentiels, liés notamment :
  • à la diffusion d'informations personnelles (nom, numéro de téléphone, adresse, etc.) ;
  • à la correspondance avec des personnes inconnues ;
  • à l'arrivée de messages « suspects » (émetteur inconnu, spams, etc.) ;
  • à la découverte accidentelle de sites choquants ou violents ;
  • au téléchargement de musiques ;
  • à la création d'un site personnel, etc.

Liens utiles

Dossier réalisé par la MAIF, mars 2009.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles