Dolmens et menhirs, témoins d'une religion

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
Entre 4 500 et 1 800 av. J.-C., les sociétés paysannes d'Europe de l'Ouest plantent dans le sol des pierres monumentales. On appelle ces monuments des mégalithes (« grandes pierres »). Quelles formes ont-ils ? Comment les a-t-on érigés ? À quoi servent-ils ?
1. L'architecture des mégalithes
• Les premiers mégalithes européens apparaissent sur la côte atlantique. Ils se répandent ensuite en Espagne, en Irlande, en Angleterre et jusque dans le nord de l'Europe, au Danemark et en Suède.
• Il existe deux types de mégalithes :
  • les menhirs, qui signifient en breton « pierre (men) longue (hir) ». Ce sont des pierres dressées, fichées dans la terre. Certains sont isolés, comme celui de Locmariaquer en Bretagne, le plus haut de tous : aujourd'hui brisé, il atteignait 20 mètres de hauteur et pesait 350 tonnes. Les menhirs sont souvent regroupés et disposés soit en cercles, les cromlechs (à Stonehenge, en Angleterre), soit en alignement (à Carnac, en Bretagne). À Carnac précisément, plus de 3 000 menhirs dessinent trois grandes avenues.
  • les dolmens, qui signifient en breton « table (dol) de pierre (men) ». Ils servent de tombeaux. Deux grosses pierres, fichées à la verticale dans le sol, sont couvertes d'une dalle qui forme la toiture. Cette construction constitue la chambre funéraire. À l'origine, elle était recouverte de terre et de pierre et formait un tertre, le cairn. Dans certains sites, on accède à cette salle (dont il ne reste aujourd'hui que la structure) par un couloir de pierres.
Zoom
Groupe de menhirs dans la région de Sartène (Corse du Sud)Photo de A. Morillet, 1893. © J.-L. Charmet
Groupe de menhirs dans la région de Sartène (Corse du Sud)
2. Sur le chantier de construction
• Le déplacement et l'érection des pierres colossales destinées aux dolmens et aux menhirs constituent un véritable exploit à une époque où les outils et les moyens de transport restent rudimentaires. Pour acheminer les pierres, les constructeurs de mégalithes les placent sur des traîneaux de bois. Ils les halent ensuite sur des troncs d'arbres. Chaque fois qu'ils le peuvent, ils utilisent les rivières : les pierres bleues de l'un des cercles de Stonehenge proviennent des monts Prescilly, à plus de 200 km, et sont probablement arrivées par voie fluviale.
• Dresser des blocs de 350 tonnes (comme le menhir de Locmariaquer) sans engin de levage demande une grande ingéniosité et une solide organisation. Les bâtisseurs creusent probablement des fosses dans lesquelles ils font progressivement basculer chaque bloc à l'aide de cordages et de leviers en bois. Des remblais sont surélevés au fur et à mesure pour soutenir la pierre.
3. Une religion oubliée
• Comme ces communautés paysannes ne savaient pas écrire, il n'existe pas de textes expliquant la fonction précise des monuments. Certains symboles gravés reviennent sur de nombreux monuments : les bâtisseurs de mégalithes partagent les mêmes croyances. Pour le reste, on en est réduit à formuler des hypothèses.
• Les dolmens sont au nombre de 40 000 à 50 000 en Europe. Ce sont plus que de simples tombes : on pense que ce sont aussi des lieux où l'on rendait le culte aux ancêtres. Visibles de loin, ils constituent enfin des symboles pour les communautés paysannes qui les ont érigés. Les menhirs isolés sont peut-être des idoles de pierre, à l'image d'une divinité (ou d'un chef vénéré comme un dieu après sa mort). Les cromlechs et les alignements sont orientés par rapport aux astres et forment des sanctuaires. Ils sont probablement dédiés au culte solaire.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles