Gestion d'élèves difficiles

-----------------------------------------------
Si le sujet aborde la présence dans la classe d'élève(s) « difficile(s) », il faudra apporter des réponses concrètes en rapport avec l'attitude professionnelle à adopter dans ce genre de situation – réponses à éclairer par les textes.
L'introduction pourra porter le cas échéant sur le questionnement des termes du sujet : élève « en difficulté » et/ou élève « difficile ». Il conviendra également de distinguer la difficulté d'apprentissage de la difficulté comportementale. Il sera incontournable d'évoquer le règlement intérieur et son rôle dans la gestion des élèves difficiles.
L'exposé pourra répertorier différentes approches pédagogiques pour gérer un élève dont le comportement pose problème.
Quelques pistes :
  • Pour l'enseignant, adopter une attitude de réserve. Jamais de gestes physiques contre un enfant, ni de parole définitive.
  • Pour l'élève, proposer des activités où il faudra se maîtriser : organisation de la page, travaux informatiques qui demandent une certaine précision, jeux d'adresse, dessins et calligraphie…
  • Déplacer dans le temps la résolution d'un conflit : le traitement « à chaud » peut amener à des positions de blocage de la relation. Reporter à la fin de l'heure (ou de la séquence, voire au lendemain) permet de revenir sur des événements avec moins de charge émotionnelle pour l'élève comme pour l'enseignant.
Quelques mots clés :
  • Négociation : c'est un processus, le plus souvent informel, par lequel les parties, les négociateurs, avec l'aide ou non de tiers, tentent de parvenir à un accord pour construire des relations ou mettre fin à un conflit.
  • Conciliation : elle peut être définie comme un processus, le plus souvent informel, par lequel les parties en conflit tentent, avec l'intervention ou non d'un tiers (le conciliateur) de rapprocher leurs points de vue afin de parvenir à trouver une solution à leur conflit.
  • Arbitrage : c'est un processus formel par lequel les parties d'un commun accord acceptent de soumettre leur conflit à un tiers impartial, l'arbitre, qui aura pour mission de trancher celui-ci après les avoir entendues et étudié leurs arguments respectifs.
  • Médiation : la médiation ne constitue pas encore un mode autonome de résolution des conflits : c'est une technique de gestion des conflits. L'enseignant a une activité de médiation mais ce n'est pas un médiateur.
La conclusion pourra rappeler que les règles de fonctionnement interne de la classe sont établies par tous les acteurs de la classe. Celles-ci doivent être claires, bien comprises de tous : les sanctions peuvent être discutées, mais l'enseignant se réserve le droit de refuser certaines d'entre elles et d'en apporter d'autres. Il reste celui qui donne la sanction. Il se doit cependant de respecter ce qui a été décidé, en particulier par le règlement intérieur.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles