La gestion de l'argent à l'école

-----------------------------------------------
Si le sujet questionne sur la gestion de l'argent à l'école, il faudra rappeler les principes de la coopérative, son fonctionnement et son rôle.
L'introduction pourra rappeler le texte de référence qui fixe les principes de la coopérative scolaire : ses règles de fonctionnement sont définie par la circulaire du 23 juillet 2008.
L'exposé pourra se structurer structurer autour du statut juridique de la coopérative, de ses activités, et de ses rapports avec la commune.
La coopérative peut être constituée en association autonome ou affiliée à ce que l'on appelle l'office central de la coopération à l'école en tant que section locale : la coopérative doit se conformer aux statuts et au règlement de l'OCCE (Office central de la coopération à l'école). Elle est contrôlée par cette dernière, qui apporte des garanties de gestion.
Elle est constituée par classe ou par école, la coopérative d'école rassemblant généralement les coopératives des classes de l'école, et est dotée d'un budget propre.
Ses ressources proviennent du produit de ses activités (fête d'école, kermesse, spectacle…), de dons, de subventions et de la cotisation de ses membres.
Les versements à la coopérative scolaire sont volontaires ; en aucun cas, il n'est exigé de participation financière des parents. En vertu du principe de solidarité, aucun élève ne peut être écarté du bénéfice d'une activité financée par la coopérative scolaire, au motif que ses parents n'ont pas participé à son financement. D'autre part la coopérative scolaire ne doit pas se substituer aux obligations de la commune en matière d'équipement et de fonctionnement de l'école. Ainsi, elle n'a pas à acquérir en lieu et place de la commune du matériel d'enseignement collectif ou du matériel indispensable au fonctionnement de l'école.
En outre, gérée par les élèves avec l'aide des enseignants, elles visent à développer l'esprit de solidarité entre les élèves et à améliorer le cadre scolaire et les conditions de travail et de vie des élèves dans l'école. Les familles et le conseil d'école doivent être informés des activités et de la gestion de la coopérative scolaire au moyen de comptes rendus.
La conclusion pourra rappeler que les coopératives scolaires occupent une place spécifique dans l'histoire de l'école : elles sont la traduction d'une méthode active d'éducation, de la démocratie en actes.
Principaux textes :
  • Circulaire n° 2008-095 du 23 juillet 2008 relative à la coopérative scolaire.
  • Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d'association.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles