Phrase simple et phrase complexe

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
Le principal élément organisateur de la phrase étant le verbe, on parle de phrases simples pour celles qui ne contiennent qu'un verbe conjugué ayant son sujet propre, et de phrases complexes pour celles qui en contiennent plusieurs.
1. Phrase et proposition
• Une phrase peut contenir une ou plusieurs propositions. Une proposition est un groupe de mots ayant pour noyau un verbe dont le sujet est exprimé ou sous-entendu. Une phrase contient donc autant de propositions que de verbes dont le sujet est exprimé ou sous-entendu.
• Si une phrase ne contient qu'une seule proposition, il s'agit d'une phrase simple.
Ex. : [Au début du xxe siècle, les relations entre la France et l'Allemagne restent difficiles.]
• Au contraire, une phrase complexe est formée de plusieurs propositions.
Ex. : [En 1917, les États-Unis entrent dans le conflit [qui oppose les pays de l'Entente (France, Royaume-Uni et Russie) aux empires centraux] ] : [la guerre est devenue mondiale.]
[Le monde politique européen a dû admettre [que, sans l'aide des États-Unis, la guerre aurait pu tourner à la faveur des empires centraux.] ]
[Il y a eu plusieurs problèmes de coordination entre pays de l'Entente] et [les soutiens logistiques n'ont pas tous été au rendez-vous], mais [, globalement, des améliorations sont intervenues dès 1916.]
2. Les trois sortes de propositions
a) La proposition indépendante
La proposition indépendante se suffit à elle-même en ce sens qu'elle ne dépend d'aucune autre proposition et qu'aucune autre proposition ne dépend d'elle (ainsi, une phrase simple est formée d'une seule proposition qui est indépendante).
Ex. : [Le 28 avril 1919, une Société des nations (SDN) est créée à Genève pour favoriser les échanges entre les États et éviter une nouvelle guerre.]
b) La proposition principale
La proposition principale régit une ou plusieurs propositions subordonnées.
Ex. : [Après la mort de Lénine, Staline s'installe progressivement comme maître absolu du pouvoir] [tandis que Trotsky est expulsé d'URSS.]
[Beaucoup se demandent [si la Société des nations (SDN) a vraiment facilité la diplomatie].]
c) La proposition subordonnée
La proposition subordonnée dépend d'un antécédent ou d'une proposition principale et elle est le plus souvent introduite par un mot subordonnant.
Ex. : Après la mort de Lénine, Staline s'installe progressivement comme maître absolu du pouvoir [tandis que Trotsky est expulsé d'URSS].
C'est la mort de Lénine [qui a permis à Staline d'expulser Trotski de l'URSS].
d) Les liens entre les propositions
Les propositions contenues dans une phrase complexe peuvent être :
  • juxtaposées, c'est-à-dire simplement séparées par une virgule, un point-virgule ou un deux-points ; ex. : [En France, les difficultés dues à la crise favorisent l'instabilité politique] : [dix-neuf gouvernements se succèdent de 1929 à 1936.] ; cette phrase contient deux propositions indépendantes juxtaposées ;
  • coordonnées, c'est-à-dire reliées par une conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car) ou un adverbe de liaison (d'abord, puis, alors, enfin, en effet, cependant, etc.) ; ex. : [À l'approche des élections de 1936, les partis de gauche se groupent en une vaste coalition, le Front populaire,] et [remportent une écrasante victoire.] ; cette phrase contient deux propositions indépendantes coordonnées ;
  • subordonnées, c'est-à-dire introduites par un mot subordonnant (pronom relatif, conjonction de subordination, mot interrogatif) ; ex. : Les accords Matignon signés en juin 1936 établissent des conventions collectives [qui définissent les conditions de travail.] / On sait désormais [que l'amélioration des conditions de travail doit beaucoup aux conventions collectives].
e) Les différentes propositions subordonnées
• La nature d'une proposition subordonnée est déterminée par la nature du mot subordonnant qui l'introduit. On distingue ainsi :
  • la subordonnée relative, introduite par un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, lequel, etc.) ; ex. : Le haut commandement allemand, [qui attendait une opération dans le Pas-de-Calais], est tout à fait surpris par le débarquement des Alliés sur les plages de Normandie, à l'aube du 6 juin 1944 ;
  • la subordonnée conjonctive, introduite par une conjonction de subordination (que, quand, lorsque, puisque, comme) ou une locution conjonctive (dès que, parce que, si bien que, etc.) ; ex. : [Afin que le Japon accepte de capituler,] les Américains se résolvent à lancer une bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945 ;
  • la subordonnée interrogative indirecte, introduite par un mot interrogatif (si, quand, où, pourquoi, comment, quel, etc.) ; ex. : Les Américains cherchent alors à définir [comment les armées pourraient coordonner les commandes militaires].
• Deux sortes de subordonnées ne sont pas introduites par un mot subordonnant :
  • la subordonnée participiale, qui contient un verbe au participe (présent ou passé) ayant un sujet propre ; ex. : Pendant les trente années qui ont suivi la guerre, [la recherche étant stimulée par la compétition économique et les commandes militaires,] de nombreux produits nouveaux apparaissent ;
  • la subordonnée infinitive, qui contient un verbe à l'infinitif ayant un sujet propre ; ex. : En 1969, des téléspectateurs du monde entier voient [l'homme faire ses premiers pas sur la Lune].
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2017, rue des écoles