Le point sur la réforme du lycée : 2010

-----------------------------------------------
Pourquoi cette réforme ?
Malgré le succès manifeste du lycée dans l'accueil massif de nouvelles générations et donc dans la démocratisation effective de l'accès à l'enseignement secondaire, plusieurs constats se dégagent :
  • la seconde générale et technologique ne joue pas son rôle de détermination mais sert davantage à trier les élèves, en référence à une hiérarchie des différentes filières conduisant au baccalauréat,
  • l'horizon est davantage défini par rapport au baccalauréat que par rapport à un trajet ultérieur dans l'enseignement supérieur,
  • un lycée dont, ni l'architecture générale, ni les modes de travail et de fonctionnement ne préparent vraiment à l'enseignement supérieur,
  • une organisation des études qui laisse peu de place à l'autonomie du lycéen, que ce soit dans ses apprentissages ou dans le déroulement et l'organisation de son parcours.
Les principes
Une architecture générale distinguant la seconde du cycle terminal
À l'âge auquel les collégiens abordent le lycée, un temps d'adaptation et de transition paraît nécessaire. La transition est moins brutale qu'entre le collège et l'école primaire mais pour autant les élèves n'arrivent pas vraiment préparés à un choix assez subtil d'orientation. Il est ici déterminant d'établir une autre organisation des enseignements qui rende crédible et efficace en matière d'orientation ce temps du choix. Les élèves pourraient avoir une vraie possibilité d'explorer des domaines qui leur sont inconnus ou qu'ils n'ont abordés que d'une manière peu adaptée au regard de l'importance des décisions d'orientation à prendre.
À une Seconde transformée doit succéder un cycle terminal traduisant des exigences essentielles :
  • encourager un choix réel esquissant un parcours ultérieur d'études supérieures,
  • autoriser certaines différences de rythmes dans la progression des élèves de façon à traduire concrètement la réussite pour tous,
  • permettre une ouverture suffisante pour éviter les effets hiérarchisés des filières actuelles.
  • promouvoir au lycée la polyvalence nécessaire à la plupart des parcours ultérieurs susceptibles d'être choisis.
Une organisation des enseignements et activités proposés aux élèves autour de trois grands blocs principaux :
  • Des enseignements généraux destinés à prolonger et à approfondir les enseignements de base vus au collège. Il s'agit ici d'une nouvelle étape d'acquisition de connaissances et de compétences indispensables, définies en référence à la vocation du lycée général et technologique de préparer à la poursuite d'études supérieures.
  • Des enseignements complémentaires concernant (en seconde) soit l'exploration de nouveaux domaines, soit un approfondissement et/ ou une meilleure maîtrise des fondamentaux, visant (en cycle terminal) la spécialisation dans un domaine particulier dès lors qu'un choix d'orientation plus précis est effectué par l'élève.
  • Des enseignements et activités d'accompagnement visant une plus grande individualisation des parcours, suffisamment diversifiés pour être destinés à tous les élèves. En outre, la prise en compte de l'accompagnement du lycéen est un élément constitutif de la nouvelle organisation des études : c'est une innovation majeure.
Une architecture modulaire de l'organisation des enseignements
Il s'agit de concevoir différemment l'organisation des enseignements à partir de « briques » ou « modules » constitutifs de l'emploi du temps des élèves. Ils sont conçus sur une base infra-annuelle permettant une plus grande souplesse dans l'agencement des parcours comme dans la progressivité des acquisitions. Le « module » qui pourrait être retenu comme brique de base de l'organisation des enseignements serait un module de trois heures semestrielles soit une cinquantaine d'heures, durée assez courte pour offrir une souplesse d'organisation suffisamment longue pour permettre une approche substantielle du champ concerné, en outre en phase avec la semestrialisation désormais de règle dans le supérieur.
Une nouvelle organisation de la classe de seconde
La réforme du lycée répond à des besoins qui évoluent en franchissant une nouvelle étape : celle de la personnalisation des études avec pour objectifs :
  • mieux préparer au baccalauréat et lutter contre l'échec scolaire au lycée,
  • mieux orienter vers l'enseignement supérieur,
  • redéfinir la place du lycéen (accompagnement, équilibre entre temps d'enseignement et temps de travail personnel).
La nouvelle seconde s'organiserait en deux semestres de 18 semaines avec deux conseils de mi-semestre qui permettraient aux enseignants de faire avec les élèves un point sur leurs difficultés et deux conseils de fin de semestre où la question de l'orientation sera abordée. Enfin une période de bilan et d'orientation est organisée sur une semaine entre le premier et le second semestre.
L'organisation des enseignements comporterait trois ensembles :
  • enseignements généraux de tronc commun (21 heures hebdomadaires) : français, mathématiques, histoire-géographie, sciences expérimentales, deux langues vivantes, éducation physique et sportive,
  • enseignements complémentaires sous forme de modules (6 heures hebdomadaires) pour explorer et approfondir des matières : humanités, sciences, sciences de la société, technologies,
  • accompagnement personnalisé (3 heures hebdomadaires) : soutien scolaire personnalisé, aide méthodologique, conseil d'orientation, travail interdisciplinaire, travail d'expertise…
Cette organisation propose des enseignements variés. Si un élève fait un choix d'enseignement et réalise ensuite que ce choix ne correspond pas à ses attentes, il peut se réorienter lors du premier semestre.
Il s'agit donc de donner aux élèves une culture commune avec les mêmes enseignements généraux pour tous, de proposer des modules d'enseignement variés en complément afin que les élèves ne s'enferment pas trop tôt dans les filières. Ils doivent pouvoir choisir leur voie, c'est la raison pour laquelle cette réforme leur donne la possibilité d'un droit au changement, condition d'une orientation réussie, et façon la plus efficace de répondre de manière personnalisée aux besoins des élèves pour les conduire vers la réussite.
La circulaire de rentrée 2010
« Un an après la réforme de la voie professionnelle, la réforme des voies générale et technologique constitue la seconde étape de la modernisation du lycée. Elle entrera en vigueur de façon progressive sur trois années scolaires, et pour la classe de seconde dès cette rentrée.
Ces réformes ont pour objectif d'aider les élèves à construire un parcours de formation et d'orientation cohérent. L'autonomie plus grande laissée aux établissements permettra de mieux prendre en compte les besoins individuels.
Pour que la modernisation de la voie générale et technologique atteigne cet objectif, plusieurs conditions doivent être remplies. De même, la réforme de la voie professionnelle, lancée depuis un an, doit désormais être consolidée. »
Dossier réalisé par Frédérique Thomas, professeur agrégée, docteur en STAPS,
Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2021, rue des écoles