Leçons et devoirs

-----------------------------------------------
Thématique récurrente, sujet de préoccupation des parents, il faut impérativement connaître les textes et la réglementation concernant les devoirs et les leçons.
L'introduction pourra évoquer que les parents sont régulièrement en demande de travail supplémentaire pour leurs enfants après les cours. Il s'agira dans l'exposé de mettre cette problématique en perspective et de démontrer à la lumière d'une analyse historique simple qu'il n'existe pas de règle officielle quant « leçons et aux devoirs » et que, bien au contraire, ils sont interdits par les textes.
L'exposé rappellera dans un premier temps la signification précise des termes.
Devoirs : Tout travail fait en dehors des heures normales de classe et qui sert à exercer des habiletés nouvellement acquises. Les devoirs font habituellement appel à l'écrit. Les travaux effectués en salle de classe et non complétés peuvent faire partie des devoirs.
Leçons : Tout travail fait en dehors des heures normales de classe et qui sert à mémoriser et à consolider de nouveaux apprentissages. Les leçons font habituellement appel à la lecture et à la mémorisation.
Le cas échéant, il pourra être original de retracer l'évolution des textes – qui vont toujours dans la même direction.
Par exemple, l'arrêté du 23 novembre 1956 aménage les horaires des écoles primaires et inscrit les devoirs pendant le temps scolaire. En application de l'arrêté, la circulaire du 23 novembre 1956 supprime sans équivoque les devoirs à la maison, retenant des arguments d'efficacité et de santé :
« Six heures de classe bien employées constituent un maximum au-delà duquel un supplément de travail soutenu ne peut qu'apporter une fatigue préjudiciable à la santé physique et à l'équilibre nerveux des enfants. Enfin, le travail écrit fait hors de la classe, hors de la présence du maître et dans des conditions matérielles et psychologiques souvent mauvaises, ne présente qu'un intérêt éducatif limité. En conséquence, aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif et les inspecteurs départementaux de l'enseignement du premier degré sont invités à veiller à son application stricte. Libérés des devoirs du soir, les enfants de 7 à 11 ans pourront consacrer plus aisément le temps nécessaire à l'étude des leçons. »
L'application de la circulaire n'étant pas satisfaisante, plusieurs textes doivent rappeler cette interdiction, et ce en 1962, 1964, 1971, 1986 et 1990.
La circulaire du 17 décembre 1964 ajoute même une précision et porte l'interdiction aux « écrits à exécuter hors de la classe », puisque certains enseignants interprètent les textes en déclarant ne pas donner des devoirs mais des exercices écrits.
Les études dirigées sont installées par la circulaire du 6 septembre 1994 pendant le temps scolaire, pour apporter une aide personnalisée et méthodologique à chaque élève afin « de prévenir les risques d'échec et de réduire les difficultés provenant des inégalités des situations familiales ». L'interdiction des devoirs à la maison demeure : « Dans ces conditions, les élèves n'ont pas de devoirs écrits en dehors du temps scolaire. À la sortie de l'école, le travail donné par les maîtres aux élèves se limite à un travail oral ou à des leçons à apprendre. »
L'arrêté du 25 janvier 2002 promulgue les horaires et les nouveaux programmes. Les études dirigées n'apparaissent plus dans un horaire spécifique. Elles ne disparaissent pas pour autant, mais le choix de leur introduction est laissé aux maîtres « en fonction des besoins particuliers d'une classe tout au long de l'année ou pendant une période déterminée ».
La conclusion pourra rappeler qu'aujourd'hui les devoirs à la maison restent interdits ; seul le travail oral, les leçons sont autorisées. Il est à noter qu'aucun texte ne demande aux enseignants de prescrire un travail aux élèves après la journée de classe… Plus que les devoirs, ce qui semble déterminant dans le temps hors-scolaire, c'est bien la contribution des parents, c'est-à-dire le sens qu'il donne à l'école, la qualité des échanges qu'ils ont avec leur enfant.
Principaux textes :
  • Les circulaires du 28 janvier 1958, n° 64-496 du 17 décembre 1964, n° 71-38 du 28 janvier 1971 rappellent cette première circulaire interdisant les devoirs écrits à la maison. En 1996, le Ministre F. Bayrou rappellera l'interdiction à nouveau. Sans plus de succès : à l'école primaire près de 70 % des enseignants déclarent donner tous les jours du travail à leurs élèves.
  • Circulaire n° 94-226 du 6 septembre 1994.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles