Les guerres napoléoniennes

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
Napoléon rêve de dominer l'Europe. Ses motivations sont multiples : gloire personnelle, développement de la France, diffusion de certains principes révolutionnaires. De 1803 à 1815, l'Europe connaît douze années de guerres presque ininterrompues. Pourquoi l'Empire napoléonien est-il si étroitement associé à la guerre ?
1. Les victoires de Napoléon
• Napoléon Bonaparte est un remarquable chef de guerre. Redoutable tacticien, il sait s'entourer de généraux jeunes et talentueux. Sa simple présence sur les champs de bataille galvanise ses troupes ; elle contribue souvent à la victoire.
• Le Royaume-Uni reste, durant toute la période napoléonienne, le principal adversaire de l'Empire. Traditionnellement, les Anglais s'opposent à tout pays devenu trop puissant sur le continent. En 1803, ils rompent la paix d'Amiens, conclue l'année précédente. Une nouvelle coalition se forme contre la France.
• L'affrontement commence par une sérieuse défaite française : la flotte est détruite, le 21 octobre 1805, au large du cap Trafalgar. Les Anglais sont maîtres des mers et le restent jusqu'à la fin de l'Empire.
• Sur le continent, cependant, grâce à ses victoires successives, Napoléon contraint un à un les membres de la coalition à faire la paix et à s'allier à la France :
  • l'Autriche, après la bataille d'Austerlitz, le 2 décembre 1805 ;
  • la Prusse, après la bataille d'Iéna, en octobre 1806 ;
  • les Russes, après les batailles d'Eylau et de Friedland, en 1807.
• Restent les Anglais. Pour ruiner leur commerce, Napoléon interdit aux pays d'Europe d'acheter les produits britanniques : c'est le blocus continental. Les côtes sont surveillées et les troupes françaises envahissent l'Espagne, le Portugal et les États du pape. Inversement, les Anglais empêchent les Français de commercer en dehors de l'Europe.
2. L'Europe napoléonienne : une construction fragile
• En 1811, la France domine l'Europe. Le Grand Empire s'étend de Hambourg au nord, jusqu'à Rome au sud. Il y a alors 130 départements français. Pour protéger ce vaste territoire, Napoléon constitue une ceinture d'États vassaux qui lui abandonnent leur politique étrangère : la Prusse, l'Autriche et la Russie sont ainsi des alliés forcés.
• Dans ces pays, le Code civil est imposé et le système féodal est aboli. Pourtant, les populations européennes supportent mal la présence française : ces États vassaux doivent payer un tribut à la France, nourrir son armée et de plus en plus souvent fournir des troupes.
• Un fort sentiment national se développe dans les pays voisins. Certains se révoltent pour tenter d'obtenir leur indépendance. En Espagne, les Français subissent une guerre de harcèlement, la guérilla. En France, après 1811, le mécontentement gagne du terrain. La pression fiscale augmente et la conscription se fait toujours plus pesante. Les guerres napoléoniennes se caractérisent par des combats extrêmement violents et sanglants. Les besoins en soldats sont constants. La Grande Armée et ses grognards sont de moins en moins populaires.
Zoom
Napoléon et la mère du GrenadierImagerie d'Épinal, vers 1840. © J.-L. Charmet
Napoléon et la mère du Grenadier
3. La chute de l'Aigle
• En 1812, Napoléon entre en guerre contre la Russie qui a repris son commerce avec l'Angleterre. Il parvient à prendre Moscou mais, faute de ravitaillement, la Grande Armée doit se replier en plein hiver. Elle est presque entièrement détruite. Les pertes sont estimées à près de 400 000 morts.
• Aussitôt, les États européens coalisés reprennent leur indépendance. Ils gagnent la bataille de Leipzig, en octobre 1813, franchissent le Rhin et contraignent Napoléon à abdiquer le 6 avril 1814. L'Empereur se retire sur l'île d'Elbe. Les coalisés restaurent la monarchie : Louis XVIII monte sur le trône. La France retrouve ses frontières de 1792.
• Les Français craignent le rétablissement de l'Ancien Régime et accueillent triomphalement le retour de Napoléon en mars 1815 (les Cent-Jours). Face à une nouvelle coalition, il est définitivement battu à Waterloo, en Belgique, le 18 juin 1815. Napoléon est alors retenu prisonnier dans l'île de Sainte-Hélène où il meurt en 1821.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles