Les migrations barbares

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
Il y a quelques années encore, les historiens pensaient que l'Empire romain avait disparu sous le coup d'une soudaine invasion de peuples venus de l'Est. Mais cette vision est en partie erronée. Comment des peuples barbares sont-ils venus s'installer sur le territoire de l'Empire ?
1. Qui sont les Barbares ?
a) Les Germains
• Le terme barbares (qui désignait en Grèce les non-Grecs) est repris par les Romains pour nommer les peuples vivant hors de l'Empire, à l'est du Rhin et au nord du Danube. Ils sont aussi appelés Germains : ils parlent des langues germaniques et honorent les mêmes dieux (notamment le dieu guerrier Wotan).
• Cependant, les Germains sont divisés en de nombreux peuples, qui ont chacun leur roi et leurs coutumes. Au nord de l'Europe, dans la Suède actuelle, vivent les Goths. Plus au sud résident les Angles (l'actuel Danemark) puis les Burgondes, les Francs et les Vandales (dans l'Allemagne actuelle), etc. Ils sont pour la plupart agriculteurs ou éleveurs.
À partir du iiie siècle, ils se déplacent vers des régions nouvelles : les Goths parcourent ainsi près de 1 500 km, des rives de la mer du Nord jusqu'à la mer Noire (entre 200 et 375 environ). C'est pourquoi l'on peut qualifier les Germains de semi-nomades.
b) Les Huns
Tous les Barbares ne sont pas des Germains. Sans doute chassés par la sécheresse, deux peuples apparaissent en effet dans la même région au ive siècle : les Huns et les Alains, cavaliers nomades venus d'Asie centrale. Leur arrivée pousse les peuples germains, menacés, vers l'Empire romain. Le cas des Goths est exemplaire. Une partie d'entre eux, les Ostrogoths, se soumettent aux Huns tandis que les autres, les Wisigoths, demandent asile à l'empereur romain de Constantinople (en 376).
2. L'installation de barbares dans l'Empire romain
a) Les relations avec les Romains
• Les Germains sont également attirés par les richesses des cités romaines. Au cours du iiie siècle, leurs expéditions dans l'Empire sont nombreuses mais ne donnent pas lieu à l'installation de populations. Les Barbares pillent l'Empire puis repartent.
• Au ive siècle, les empereurs romains concluent des alliances avec certains peuples frontaliers qui sont chargés de surveiller les portes de l'Empire. Des régiments entiers de Barbares sont intégrés dans les légions romaines. Certains reçoivent des terres à la frontière, tous deviennent citoyens romains.
• À la fin du ive siècle, le chef vandale Stilicon est très influent : il parle le latin, s'est romanisé et a épousé la nièce de l'empereur. Les archéologues ont trouvé sur les côtes de la Manche les tombes d'une cinquantaine de soldats, installés par Rome pour protéger le pays contre les pirates. S'ils se font enterrer avec leurs armes, à l'écart des habitants gallo-romains, ils sont entourés d'objets pour la plupart gallo-romains. Les Francs ont donc déjà adopté une part du mode de vie des Gallo-Romains.
b) Les Grandes Invasions
• Il existe cependant, au début du ve siècle, de véritables invasions. D'abord accueillis par l'empereur romain de Constantinople, les Wisigoths rompent leur alliance et se dirigent vers l'Italie. Ils prennent Rome en 410 et la pillent durant trois jours. Ils s'installent ensuite dans le sud-ouest de la Gaule et en Espagne.
• En décembre 406, profitant du gel des eaux du Rhin, quelque 30 000 soldats barbares (Vandales, Alains, etc.) étaient déjà passés dans l'Empire, avec leurs familles, afin de gagner l'Espagne et l'Afrique. À leur suite, les Burgondes, les Alamans et les Francs s'installent en Gaule.
• Au total pourtant, les Barbares restent minoritaires par rapport aux populations déjà dans l'Empire. Ils s'allient généralement aux Romains pour lutter contre les nouvelles invasions. C'est le cas, par exemple, lorsque les Huns et leur chef Attila entrent en Gaule puis en Italie, au début des années 450. Le général des légions romaines Ætius a le soutien de chefs burgondes, wisigoths et francs qui tous protègent « leurs » territoires.
c) L'émergence des royaumes germaniques
• À la fin du ve siècle, la grande période des migrations barbares est achevée (quelques autres peuples migreront par la suite, tels les Avars, au vie siècle). L'Empire romain occidental s'est disloqué, faisant place à des royaumes barbares.
• La fusion entre Barbares et populations de l'ancien Empire reste encore à accomplir, notamment en ce qui concerne la religion : les Barbares sont païens ou parfois adeptes d'Arius, alors que l'ancien Empire romain a adopté le christianisme du concile de Nicée.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles