Versailles sous la monarchie absolue

-----------------------------------------------
icone Fiche
Tests
Alors que l'architecture baroque se répand à travers l'Europe au xviie siècle, les artistes français se démarquent en créant un style « à la française » souvent qualifié de classique. Le château de Versailles et son parc en sont les plus beaux fleurons. Quelles sont les particularités de la demeure du Roi-Soleil ?
1. Les étapes de la construction
a) Le bon vouloir du roi
• Au début de son règne, Louis XIV réside au Louvre. Très rapidement, cependant, il délaisse Paris, sans doute à cause du souvenir douloureux de la Fronde. Il décide de faire transformer un pavillon de chasse construit à Versailles par son père Louis XIII entre 1624 et 1632. Ce choix est surprenant car le roi dispose de résidences plus confortables.
• Mais dans cet endroit marécageux et insalubre, le roi entend édifier une œuvre tout à fait personnelle, emblématique du pouvoir royal. En 1661, Louis XIV fait appel aux artistes qui ont construit le somptueux château de Vaux-le-Vicomte : l'architecte Louis Le Vau, le peintre et décorateur Charles Le Brun et le jardinier André Le Nôtre. Il leur confie le chantier de Versailles, dont la construction s'étend sur plus de quarante ans.
b) L'agrandissement du château (1661-1674)
• La première tâche de l'architecte Le Vau consiste à embellir extérieurement le château de Louis XIII et à en modifier l'aménagement intérieur. Des communs, les bâtiments réservés au service (cuisines, écuries, etc.) sont édifiés de chaque côté du pavillon, dans le même style architectural, en brique et pierre.
• Cependant, cela ne suffit pas à Louis XIV qui compte en faire la résidence permanente de la cour et du gouvernement. D'importants agrandissements sont nécessaires. Le Vau et son élève François D'Orbay choisissent d'envelopper les premiers bâtiments dans un ensemble plus vaste, de style plus simple.
c) L'achèvement du projet (1678-1685)
• En 1678, les traités de Nimègue mettent fin à la guerre de Hollande. Les dix années de paix qui suivent permettent à Louis XIV de disposer des fonds nécessaires pour donner un nouvel essor aux travaux. Le jeune architecte Jules Hardouin-Mansart succède à Le Vau. Le palais se voit adjoindre deux immenses ailes en pierres blanches : l'aile du Midi et l'aile du Nord.
• En 1685, Versailles est toujours en chantier : 36 000 ouvriers et 6 000 chevaux y travaillent quotidiennement. En 1689 commence la construction de la chapelle, retardée par la reprise de la guerre (elle sera achevée vingt ans plus tard).
2. Un ensemble architectural à la gloire du Roi-Soleil
a) L'aménagement intérieur
• Le peintre et décorateur Le Brun assure l'aménagement intérieur du palais et notamment celui du grand appartement du roi dont la chambre est placée au centre de l'édifice, comme le Soleil est au centre de l'Univers. Le Brun est directeur de la manufacture royale des Gobelins, qui fournit les meubles et les tapisseries du château.
• Les artistes qui participent à la décoration sont très nombreux mais la direction de Le Brun assure à l'ensemble une certaine unité de style.
b) Les jardins « à la française »
• Le château est assorti d'un parc de 6 000 hectares et d'un jardin dessiné par Le Nôtre, paysagiste de génie. Pour Versailles, il invente le jardin « à la française », des mosaïques de buis, des parterres géométriques, des fontaines, des canaux ou de larges plans d'eau. En toile de fond, de vastes bois vers lesquels mènent de larges allées rectilignes, reliées entre elles par des clairières circulaires. 30 000 arbres sont plantés entre 1668 et 1672.
• Dans les jardins, les spectaculaires et nombreux jeux d'eau animent l'espace, ce qui introduit un principe de l'art baroque dans cet ensemble typiquement français. De véritables prouesses techniques sont réalisées pour approvisionner le palais et les fontaines en eau (près de 12 000 m3 par jour).
c) Un peuple de statues
• De nombreuses sculptures reprenant les thèmes antiques peuplent les jardins. Certains artistes sont fortement inspirés par Michel-Ange, tels François Girardon et Pierre Puget, alors qu'Antoine Coysevox est plus baroque (sculptures de la galerie des Glaces).
• Le personnage central du jardin est Apollon, dieu maître du Soleil et protecteur des arts. Il symbolise bien sûr Louis XIV tout comme la statue de Latone, mère d'Apollon, représente la régente Anne d'Autriche.
3. La vie à Versailles
a) Le centre du pouvoir
• Lorsque la Cour s'installe en 1682 dans le château encore en chantier, elle rompt avec la tradition itinérante de la Cour de France. Versailles devient le centre de la vie française et le reste jusqu'en 1789. C'est une véritable machine de gouvernement.
• Le palais abrite l'administration centrale ainsi que les différents conseils présidés par le roi. La galerie des Glaces sert à la fois de salle du trône et de salle de réception. On reçoit à Versailles les ambassadeurs et les maréchaux de retour de campagne. On y présente aussi les nouveautés culturelles ou scientifiques.
b) Un lieu de divertissements
• Les divertissements sont étroitement associés au pouvoir dans une société de Cour. Versailles est un lieu de fêtes. Dès 1664, se déroule la fête des « Plaisirs de l'Île enchantée » donnée par Louis XIV pour sa favorite. De nombreuses activités, comme la chasse ou les jeux, sont organisées pour garder la noblesse de France auprès du roi et pouvoir ainsi la surveiller. Les bals et les fêtes nocturnes se succèdent.
• La musique joue un rôle de premier plan à Versailles. Le surintendant de la musique du roi, Jean-Baptiste Lulli compose des ballets de cour et met à la mode l'opéra.
c) La vie de Cour
• Avec Louis XIV, la Cour retrouve un éclat extraordinaire. Le nombre des membres de la Maison militaire et de la Maison civile augmente considérablement. Au total, près de 10 000 courtisans habitent Versailles et cherchent à obtenir les faveurs du roi. Parce que la vie y est ruineuse, tous cherchent à entrer au service du roi ou de la reine, voire à obtenir une pension.
• Vers la fin de sa vie, Louis XIV s'écarte un peu du tumulte de la Cour. À ses appartements officiels qu'il juge trop beaux pour un homme de son âge, il préfère le Grand Trianon, un pavillon érigé par Jules Hardouin-Mansart au bord du Grand Canal.
Zoom
Versailles. Le château de Trianon vu du côté des jardins.Gravure d'après J. Rigaud, xviiie siècle. © J.-L. Charmet
Versailles. Le château de Trianon vu du côté des jardins.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles