Être enseignant à l'étranger

-----------------------------------------------

Introduction

© 3d brained / Fotolia.com
En obtenant un détachement, les enseignants peuvent exercer leur métier dans un établissement scolaire français implanté à l'étranger.
Tour d'horizon des différentes possibilités.

Les structures officielles

L'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE)
L'AEFE est l'établissement public national à caractère administratif qui gère, sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères, les écoles, collèges et lycées homologués par le ministère de l'Éducation nationale, appelés établissements scolaires français à l'étranger.
Quelques chiffres
  • 300 000 élèves dont 110 000 français,
  • 480 établissements implantés dans 130 pays,
  • environ 12 000 bacheliers chaque année,
  • plus de 6 400 personnels titulaires de l'Éducation nationale et 15 000 personnels recrutés localement(1).
Ces établissements homologués sont porteurs de valeurs comme la tolérance, l'humanisme, l'égalité des chances, la curiosité intellectuelle, et permettent de suivre une scolarité sans rupture, de la maternelle au baccalauréat. De plus, compte tenu du fait qu'ils appartiennent à un réseau international, attractif et ouvert, ils offrent une formation particulièrement enrichissante.
Homologation
L'homologation n'est pas acquise à titre définitif et les établissements concernés doivent régulièrement se soumettre à une procédure de vérification du respect des critères cités. L'Agence est en charge de l'instruction des dossiers d'homologation et de son suivi.
L'homologation n'est pas acquise à titre définitif et les établissements concernés doivent régulièrement se soumettre à une procédure de vérification du respect des critères cités. L'Agence est en charge de l'instruction des dossiers d'homologation et de son suivi.
Nombre des 480 établissements homologués entretiennent des relations étroites avec l'AEFE qui, en fonction des cas, leur affecte des personnels (établissements EGD(2) et conventionnés) et/ou leur apporte différents services d'ingénierie.
Le service pédagogique de l'AEFE définit et met en œuvre la politique pédagogique du réseau d'enseignement français à l'étranger, en relation avec le ministère de l'Éducation nationale, et en cohérence avec les spécificités des contextes nationaux et locaux. Il encourage et accompagne des projets d'établissements appuyés sur une politique pédagogique efficace et cohérente et met en place une évolution harmonisée des pratiques d'évaluation et des modalités d'accompagnement personnalisées. Enfin, il incite à une association productive avec le pays d'accueil.
Types de postes
Pour un titulaire de l'Éducation nationale qui désire enseigner à l'étranger, trois types de postes sont possibles :
Les expatriés, obligatoirement titulaires de l'Éducation nationale, sont recrutés hors du pays d'affectation par l'AEFE, pour une période de trois ans renouvelable une fois par tacite reconduction. Les conditions salariales étant très intéressantes, pour des raisons d'économie, ces postes sont peu à peu transformés en postes de résidents.
Les résidents, eux aussi obligatoirement titulaires de l'Éducation nationale, sont recrutés dans le pays d'affectation par l'AEFE ; ils doivent résider dans le pays depuis au moins 3 mois ou suivre leur conjoint. Ils sont recrutés pour une période de trois ans, renouvelable une fois par tacite reconduction.
Les recrutés locaux sont employés directement par l'établissement scolaire, avec un contrat (donc un salaire) conforme au droit local. Ces postes sont ouverts à tous.
Les modalités de candidature varient en fonction de la situation initiale et du type de poste brigué ; le site de l'AEFE donne le détail des conditions à remplir.
La Mission laïque française (MLF)
En 2011, le réseau MLF se compose de 114 établissements homologués ou en voie de l'être, répartis dans 46 pays, scolarisant plus de 40 000 élèves(3). Son action s'inscrit en complémentarité avec celle de l'AEFE.
C'est une association ouverte sur le monde qui a été créée en 1902, reconnue d'utilité publique en 1907 et qui s'inscrit dans le dispositif de l'enseignement français à l'étranger.
Elle a pour mission la diffusion à travers le monde de la langue et de la culture française. Ses valeurs s'articulent autour de la laïcité, du plurilinguisme et du multiculturalisme, avec un enseignement respectueux de la liberté de conscience de chacun. Ses objectifs sont :
  • l'apprentissage de la langue et de la culture locale dès le plus jeune âge,
  • la transmission de la langue et de la culture françaises dès la maternelle,
  • l'apprentissage précoce de l'anglais dans un contexte international.
« Le propre de la Mission laïque française est en effet d'être présente là où la demande d'enseignement français et "à la française" est forte, et d'y concevoir des modes de partenariat qui puissent à la fois garantir la qualité de son projet tout en respectant les règles et spécificités des pays d'accueil des établissements. »
Yves Aubin de La Messuzière, Président de la Mission laïque française, 2011
La Mission laïque française recrute chaque rentrée en liaison avec les différents ministères français :
  • des enseignants titulaires du 1er et 2nd degré ;
  • des personnels de direction (proviseurs, principaux et adjoints, directeurs d'écoles primaires) ;
  • des conseillers principaux d'éducation ;
  • des personnels administratifs (agents comptables, gestionnaires) animés d'une réelle motivation pour travailler à l'étranger.
L'Alliance française
L'Alliance française bénéficie du détachement des titulaires de l'Éducation nationale pour les postes de direction ; certains postes sont également ouverts à des non-titulaires de l'Éducation nationale, mais il faut être spécialisé dans l'enseignement du français à des étrangers, donc avoir suivi une formation en Français Langue Étrangère (FLE).
L'Alliance française a été créée en 1883 sous le nom de « l'Association nationale pour la propagation de la langue française dans les colonies et à l'étranger ».
Elle représente aujourd'hui le premier réseau culturel mondial, avec 1 040 implantations dans 136 pays sur les cinq continents. Chaque année, plus de 450 000 personnes, de tous âges, viennent apprendre la langue française dans les Alliances françaises, et plus de 6 millions de personnes participent à leurs activités culturelles. La coordination du réseau est assurée par la Fondation Alliance française.
Chaque Alliance française est une association de droit local à but non lucratif, qui exerce sa mission de manière autonome, en dehors de tout engagement de nature politique ou religieuse.
Le réseau d'école européennes
L'Union européenne dispose d'un réseau d'écoles européennes ; pour y enseigner, il faut être titulaire de l'Éducation nationale, diplômé ou expérimenté en FLE(4) et maîtriser l'anglais ou l'allemand. Les modalités de candidature varient en fonction des pays et sont à consulter sur le site des écoles européennes.
La première école européenne a ouvert ses portes à Luxembourg le 4 octobre 1953 pour les enfants des fonctionnaires originaires des six pays fondateurs de la CECA(5). L'expérience éducative consistant à rassembler des élèves de langue maternelle différente, jugée très concluante, a conduit les pays concernés à coopérer étroitement en matière de programmes, de choix des enseignants et de contrôle des études.
Les enseignements fondamentaux sont dispensés dans la langue maternelle des élèves, qui apprennent en outre jusqu'à trois langues étrangères du primaire au baccalauréat européen.
Programme d'éducation et de formation (ex-Socrates)
Socrates était le nom d'un ensemble de programme d'échanges européens dans les domaines de l'éducation et de la formation. Le plus connu de ces programmes est Erasmus. Depuis 2007, Socrates a été remplacé par le Programme d'éducation et de formation 2007-2013.
Pour autant il constitue la référence en matière d'éducation et recouvre un panel important d'actions : Comenius(6), Erasmus(7), Grundtvig(8), Activité Clé Langues(9), Activité Clé TIC(10), auxquels s'ajoutent les actions d'observation et d'innovation des systèmes et politiques éducatifs, les actions conjointes avec d'autres programmes européens et, enfin, les mesures d'accompagnement.
(1)Source : Chiffres AEFE, 2011.
(2)Établissements gérés directement par l'AEFE.
(3)Source : eduscol.education.fr.
(4)Français langue étrangère.
(5)Communauté européenne du charbon et de l'acier.
(6)Plus d'informations : www.agence-erasmus.fr.
(7)Plus d'informations : www.agence-erasmus.fr.
(8)Plus d'informations : penelope.2e2f.fr.
(9)Plus d'informations : ec.europa.eu.
(10)Plus d'informations : ec.europa.eu.

Les autres possibilités

Être assistant
Il faut avoir au moins un niveau DEUG(11) en langue étrangère, être âgé de 20 à 30 ans pour demander un poste d'assistant dans un établissement du second degré. À noter : les pays anglophones exigent souvent un niveau licence.
Le travail d'assistant consiste à seconder un professeur de français, pendant 12 heures par semaine durant 8 à 9 mois. Il s'agit de donner des cours de conversation aux élèves, de les initier à la civilisation française, éventuellement de les aider à préparer les diplômes ou certificats de langue française.
2 500 postes sont à pourvoir chaque année dans les 16 pays(12) participant à cet échange.
Être lecteur
Il s'agit d'assurer les travaux pratiques dans une université étrangère pendant 12 heures hebdomadaires. Pour cela, il faut au minimum une maîtrise en langue étrangère et adresser sa candidature aux établissements, de préférence à ceux qui ont des départements de français langues et civilisations.
Les clauses du contrat de travail (durée, diplômes exigés, rémunération) varient selon les pays et les établissements. Le fait de pourvoir attester d'un diplôme de FLE(13) est un plus, fréquemment exigé.
Enseigner le français en tant que langue étrangère
La meilleure voie reste la formation en FLE, dispensée dans la plupart des universités françaises, par l'Alliance française de Paris ou bien sous forme de stages par des centres de formation FLE.
Enseigner le français d'un domaine de spécialité
Les écoles privées recrutent quant à elles des spécialistes : linguistes, commerciaux, techniciens, capables d'enseigner leur terminologie, c'est-à-dire le langage spécifique à leur domaine, à des étrangers.
En guise de formation, la chambre de commerce et d'industrie de Paris dispense des cours destinés à ceux qui veulent enseigner le français des affaires, du tourisme, de l'hôtellerie, du secrétariat ou le français juridique à l'étranger.
Dossier réalisé par Frédérique Thomas, professeur agrégée, docteur en STAPS,
Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II, novembre 2011.
(11)Diplôme d'études universitaires générales.
(12)Allemagne, Autriche, Argentine, Australie, Canada, Colombie, Costa Rica, Espagne, États-Unis, Italie, Irlande, Mexique, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Suisse et Venezuela.
(13)Français langue étrangère.

En savoir plus

------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles