Les personnels non enseignants

-----------------------------------------------

Introduction

Les personnels non enseignants, qu'ils soient personnels de santé, agents territoriaux, assistants d'éducation ou personnels administratifs, contribuent largement à la qualité de la vie dans les établissements scolaires, non seulement en raison des spécificités de leurs métiers, mais aussi parce qu'ils sont au contact des élèves et de leur famille. Ils participent au fonctionnement des établissements et des services en assurant notamment la qualité de l'accueil, du cadre de vie, de la sécurité. L'ensemble de ces métiers, qui reposent sur de multiples statuts, participe à la réalisation des objectifs assignés à l'école, par la loi sur la refondation de l'école du 8 juillet 2013.
© Myr MURATET / MAIF / BlendImages / Alexander RATHS / Fotolia.com

Les personnels non enseignants à l'école maternelle et à l'école élémentaire

Différents personnels participent avec les enseignants au bon fonctionnement des écoles maternelle et primaire :
Les personnels de santé
Un médecin de l'Éducation nationale est chargé des actions de prévention individuelle et collective et de la promotion de la santé.
Pour la fréquentation scolaire, les vaccinations contre les maladies suivantes sont obligatoires : diphtérie, tétanos, poliomyélite (souvent associés à la coqueluche).
D'autres sont vivement recommandées : rougeole, oreillons, rubéole (ROR), hépatite B.
En ce qui concerne les visites médicales, le premier bilan de santé est effectué entre 5 et 6 ans, en grande section de maternelle ou au cours préparatoire (CP). Cet examen médical complet comprend le dépistage systématique des handicaps ou défauts mineurs (vue, audition, troubles du langage, du comportement). La présence d'un parent est conseillée. Le compte-rendu de chaque examen de santé est noté par le médecin de l'Éducation nationale sur le « dossier de santé de l'élève » de l'enfant. Ce dossier relève du secret médical.
Par ailleurs, un protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les écoles et les établissements publics locaux d'enseignement a été publié le 6 janvier 2000. Des consignes précises sur la conduite à tenir en cas d'urgence sont affichées dans les écoles. Une ligne téléphonique permettant de contacter les services d'urgence est accessible en permanence.
En cas de scolarisation d'élèves atteints d'une maladie chronique ou de handicap, bénéficiant d'un projet d'accueil individualisé (PAI) ou d'une convention d'intégration, les médicaments prescrits sont à disposition du personnel de santé ou de l'adulte responsable et tous les matériels nécessaires sont disponibles à l'infirmerie.
Toutes les écoles s'assurent le concours d'un service d'hospitalisation proche, susceptible d'accueillir les élèves en cas d'urgence.
Les personnels techniques, ouvriers et de service (TOS)
Ils ont en charge l'entretien et le fonctionnement de l'ensemble des infrastructures.
Lorsqu'ils exercent des fonctions d'entretien, ils sont chargés d'assurer le nettoyage et l'entretien courant des locaux et des surfaces non bâties, de veiller au maintien en état des installations. Lorsqu'ils exercent des fonctions d'accueil, ils ont la mission de recevoir, renseigner et orienter les personnels et usagers, de contrôler l'accès aux locaux et d'assurer la transmission des messages oraux et des documents écrits.
© Myr MURATET / MAIF
Les agents territoriaux spécialisés d'école maternelle (ATSEM)
L'article R. 412-127 du Code des communes indique que toute classe maternelle doit bénéficier des services d'un agent communal occupant l'emploi d'agent spécialisé des écoles maternelles et des classes enfantines. Les communes ont donc l'obligation de mettre au moins un ATSEM à disposition de l'école maternelle. Toutefois, les services de cet agent peuvent éventuellement être répartis sur plusieurs classes, en fonction des moyens mis en œuvre par les municipalités. Ce sont des agents relevant du statut général de la fonction publique territoriale. Ils sont chargés de l'assistance au personnel enseignant pour la réception, l'animation et l'hygiène des très jeunes enfants ainsi que de la préparation et la mise en état de propreté des locaux et du matériel servant directement aux jeunes élèves.
C'est le maire qui nomme et met fin aux fonctions des ATSEM ; toutefois ces décisions sont soumises à l'avis préalable du directeur ou de la directrice d'école (articles R. 412-127 et R. 414-29 du Code des communes). Ceux-ci relèvent, pour leur gestion administrative, des services communaux.
Pendant son service dans les locaux scolaires, l'ATSEM est placé sous l'autorité du directeur ou de la directrice (article R. 412-127 du Code des communes). C'est le décret n° 89-122 du 24 février 1989 (article 2) qui précise que le directeur d'école organise le travail des personnels communaux en service à l'école. Pendant leur service dans les locaux scolaires, les ATSEM ne reçoivent d'instructions que du directeur.
Dans le cas où les ATSEM exercent les fonctions de surveillance de la cantine, qui est un service public municipal, ils se trouvent placés sous l'autorité du maire. La circulaire n° 97-178 du 18 septembre 1997 relative à la surveillance et sécurité des élèves dans les écoles maternelles et élémentaires publiques rappelle que, pendant le service de cantine scolaire et/ou de garderie ainsi que pendant les études surveillées, les personnes chargées de la surveillance peuvent être des agents communaux et notamment des ATSEM.
© Myr MURATET / MAIF
Le directeur (souvent enseignant, mais ayant des fonctions autres que l'enseignement)
il est clair que dans les écoles maternelles et élémentaires, le directeur a en charge de nombreuses tâches administratives qu'il doit accomplir seul.
Pour exemple, et la liste n'est pas exhaustive, il s'occupe de l'utilisation des locaux mais gère aussi la répartition des crédits et du matériel, est responsable de la réglementation scolaire, dirige les conseils d'école et des maîtres, enregistre l'inscription – réalisée par le maire – des élèves, organise les relations avec les parents, la municipalité et l'inspection académique.
En réalité, il a à la fois un rôle pédagogique, administratif, et relationnel. Compte tenu de la charge de travail que toutes ces fonctions occasionnent, il peut être déchargé d'une partie de son service. Cette décharge varie selon la taille de l'établissement mais elle est complète pour les écoles comportant au moins 14 classes de primaire ou 13 classes maternelles.

Les personnels non enseignants au collège et au lycée

Si les enseignants sont seuls responsables de l'enseignement, ils partagent l'éducation des élèves avec d'autres personnels spécialisés. Le développement de la fonction « vie scolaire » dans les établissements s'est accompagné d'un accroissement des missions de tous les personnels « non enseignants ».
Les conseillers principaux d'éducation (CPE)
Les CPE participent aux activités éducatives sans pour autant enseigner. Les fonctions exercées, sous la responsabilité du chef d'établissement, se situent dans le cadre général de la vie scolaire et contribuent à placer les élèves dans les meilleures conditions possibles en vue de leur scolarité. Leurs responsabilités sont réparties principalement dans les trois domaines suivants :
  • le fonctionnement de l'établissement : organisation de la vie collective quotidienne, hors du temps de classe, en liaison avec la vie pédagogique dans l'établissement ;
  • la collaboration avec le personnel enseignant : travail en liaison étroite avec les professeurs afin d'assurer le suivi des élèves et participation aux conseils de classe ;
  • l'animation éducative : création des conditions du dialogue dans l'action éducative, sur le plan collectif et sur le plan individuel, mais aussi organisation de la concertation et de la participation des différents acteurs à la vie scolaire au sein de l'établissement.
Les CPE sont responsables du service de la « Vie scolaire ». À ce titre, ils ont à organiser et superviser le travail des personnels surveillants. Cette gestion d'équipe est traditionnellement basée sur une forte responsabilisation et autonomie des assistants d'éducation au travers d'une division des tâches mais aussi de la complémentarité avec leur action éducative.
© BlendImages
Le CPE, un métier en évolution permanente
Les fonctions de CPE se sont fortement renouvelées sous l'effet des transformations sociales et scolaires. La façon de mettre en œuvre leurs missions varie selon le type d'établissement dans lequel ils sont affectés. En collège, ils travaillent en général seuls, alors qu'en lycée ils travaillent souvent en équipe.
Les conditions d'exercice varient aussi fortement selon la qualité du cadre partenarial. Elles sont en particulier largement tributaires de la relation que les CPE doivent construire avec les chefs d'établissement. En effet, les responsabilités des chefs d'établissement ne sont pas complètement étanches avec celles des conseillers principaux d'éducation, notamment sur le plan de la conception et de l'organisation des activités à portée éducative : gestion de l'absentéisme, relations avec les familles, organisation de la surveillance, etc.
Les médecins
© Alexander RATHS / Fotolia.com
Les médecins de l'Éducation nationale sont chargés des actions de prévention individuelle et collective et de promotion de la santé. Ces actions sont menées auprès de l'ensemble des enfants scolarisés que ce soit dans les écoles (maternelles ou élémentaires), les collèges ou les lycées.
Le médecin réalise les bilans de santé obligatoires et élabore des programmes prioritaires prenant en compte les pathologies dominantes et les facteurs de risques particuliers qu'il a identifiés sur son secteur. À cet effet, il conduit des études épidémiologiques, contribue à la formation des personnels et aux actions d'éducation en matière de santé auprès des élèves (et des parents) menées en collaboration avec la communauté éducative. Enfin, il concourt à l'adaptation et à l'orientation des élèves, notamment par la participation aux diverses commissions de l'éducation spécialisée.
Les conseillers d'orientation psychologues (COP)
Les conseillers d'orientation psychologues exercent leur activité sous l'autorité du directeur du centre d'information et d'orientation (CIO) dont ils relèvent et assurent l'information des élèves et de leurs familles. Ils contribuent à l'observation continue des élèves, ainsi qu'à la mise en œuvre des conditions de leur réussite scolaire. Les « COP » participent à l'élaboration et la réalisation des projets scolaires et professionnels des élèves afin de leur donner conseil et information sur les enseignements et les professions. Outre cette mission prioritaire, ils participent à l'action du CIO(1).
Le CIO
Le rôle des CIO consiste à favoriser (entre autres missions, fort nombreuses) :
  • l'accueil de tout public et en priorité des jeunes scolarisés et de leur famille ;
  • l'information sur les études, les formations professionnelles, les qualifications et les professions ;
  • le conseil individuel ;
  • l'observation et l'analyse des transformations locales du système éducatif et des évolutions du marché du travail.
Un certain nombre de documents de synthèse à destination des équipes éducatives ou des élèves sont élaborés, et l'animation des échanges et des réflexions entre les partenaires du système éducatif, les parents, les jeunes, les décideurs locaux et les responsables économiques est privilégiée.
© Myr MURATET / MAIF
Les infirmiers
Les infirmiers de l'Éducation nationale sont principalement affectés dans les établissements du second degré et peuvent couvrir, dans un secteur d'intervention donné, les écoles et établissements d'enseignement secondaire ne disposant pas d'une infirmière en résidence.
Le personnel infirmier a pour mission, sous l'autorité du chef d'établissement, de promouvoir et de mettre en œuvre la politique de santé en faveur de tous les élèves scolarisés : prévention, actions sanitaires de portée générale, hygiène et sécurité, bilans obligatoires, soins.
Les infirmiers sont plus particulièrement chargés de l'accueil et de l'écoute des élèves et des parents pour des motifs de santé, ils participent aux bilans de santé et au suivi de l'état de santé des élèves. Ils exercent une surveillance étroite des jeunes exposés à des nuisances spécifiques, et participent à la surveillance sanitaire de l'hygiène générale en milieu scolaire, à l'éducation à la santé et à la sécurité.
Paroles d'infirmière
Pour Claire Loupiac(2), infirmière scolaire, une information peut être donnée dès le primaire :
« On peut aborder dès le cours préparatoire le respect de soi et les problèmes de maltraitance, expliquer à l'enfant que son corps lui appartient. Ensuite on peut évoquer la décence à travers les tenues vestimentaires ou encore l'évolution du corps vers la puberté en cours moyen. »
Et puis, au collège, ce sont souvent les infirmières qui organisent les séances d'information pour les 4e, en collaboration avec des médecins ou parfois des sages-femmes de PMI. « À 13 ans, juste avant qu'ils ne se lancent dans la vie, il est important de parler de la connaissance de soi, comprendre l'évolution de son corps, et même de sa personnalité, comme la rivalité avec les parents au moment de l'adolescence. Ensuite j'aborde avec eux les interdits, je définis le viol, les rapports adultes enfants, je leur rappelle notamment que la loi interdit les rapports sexuels aux moins de 15 ans, mais toujours sans porter de jugement moral », explique Claire Loupiac. Dans ces réunions d'information sont encore abordés les problèmes des risques : contraception, préservatifs, maladies sexuellement transmissibles.
L'important pour les infirmières est moins de faire passer un savoir, que de répondre aux questions des jeunes de 12 à 14 ans qu'elles rencontrent. « Il faut être à leur écoute, ils ont souvent une vision déformée des rapports homme femme, notamment à travers ce qu'ils peuvent voir à la télévision et qui est heureusement très loin de leur quotidien. » C'est pourquoi, dans ces réunions d'information, on parle aussi de plaisir, de respect, du droit de dire non.
Carine Tourniaire, infirmière en lycée professionnel, a mis en place une séance d'information pour toutes les classes de CAP et BEP de son établissement : « On part de questions anonymes rédigées à l'avance, et on aborde sans tabous tous les sujets, des questions pratiques ou des notions plus abstraites comme le plaisir ou tout simplement l'amour. Si ces jeunes font des choix d'adultes en ayant des rapports sexuels, ils doivent avoir des relations responsables, sans risque et même s'ils sont pas mal informés, il reste beaucoup d'idées fausses à combattre. »
L'assistant de service social
L'assistant de service social est chargé d'apporter écoute, conseils et soutien aux élèves et aux personnels, pour favoriser leur réussite individuelle et sociale. S'inscrivant dans le cadre d'une prévention globale en faveur des élèves, les assistants de service social exercent des fonctions visant à aider les personnes, les familles ou les groupes connaissant des difficultés sociales. Ils facilitent leur insertion et recherchent les causes qui compromettent leur équilibre psychologique, économique ou social : ils participent ainsi directement aux missions du service public de l'éducation. Les assistants de service social mènent toutes les actions susceptibles de prévenir et de remédier à ces difficultés dans le cadre de la politique d'action sanitaire et sociale. Ils exercent souvent un rôle de médiateur. Malgré tout, leurs efforts se portent plus particulièrement vers les élèves les plus en difficulté.
L'assistant social scolaire est pour les élèves et l'ensemble des membres de l'institution une personne-ressource pour l'accès à toutes les informations relevant de la législation et des politiques sociales.
Cette fonction prend tout son sens dans un contexte où la multiplication et la diversification des procédures d'intervention sociale en termes d'insertion sociale et professionnelle nécessitent une mise à jour et un suivi constant qui ne peut relever que d'un professionnel qualifié. L'assistant social scolaire peut exercer cette fonction en répondant ponctuellement aux demandes individuelles qui lui parviennent, mais elle peut aussi s'appuyer sur des réunions collectives consacrées à des thèmes qui semblent particulièrement sensibiliser l'institution (drogue, sida, emploi, etc.).
Face à des questions qui relèvent du droit pénal, l'assistant social peut aussi avoir pour fonction de rappeler l'ordre législatif. Par ses connaissances juridiques, il peut aussi faire savoir par exemple que certains actes violents (agression physique, crachats, injures, etc.) relèvent du Code pénal, et sont soumis à des sanctions financières mais aussi à des peines de prison (un crachat qui atteint son but est passible d'une amende, les membres d'un groupe d'enfants qui s'en prennent à un autre, isolé, peuvent aussi être passibles d'une condamnation, etc.).
Spécialiste de la relation d'aide et membre de l'équipe éducative, il est à la fois, le conseiller social de l'élève et de l'institution scolaire : « la prévention, l'intégration, l'orientation spécialisée, l'insertion scolaire et sociale, la protection des mineurs en danger ou susceptibles de l'être, l'information » font partie de ses missions, décrites dans la circulaire ministérielle du 11 septembre 1991.
Nécessairement discret, le travail de prévention est un « travail de fourmi », une régulation toujours inachevée. L'assistant social scolaire joue un rôle essentiel dans la prévention notamment pour anticiper sur des difficultés liées à l'adolescence (difficultés relationnelles, crises…), liées à la famille (conflits, ruptures…), liées aux difficultés scolaires (absentéisme, échec scolaire, orientation spécialisée…), liées aux problèmes matériels (bourses, fonds sociaux, allocations…).
Ces problématiques nécessitent écoute, conseil, soutien. La pratique de l'assistant social, soumise au secret professionnel, lui permet d'avoir un rôle important dans la protection des mineurs en danger en établissant un diagnostic précis.
Le comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC)
Au sein de chaque établissement un comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté s'efforce d'inscrire les actions d'éducation et de prévention dans une perspective globale en associant enseignants, éducateurs et personnels spécialisés, et en s'ouvrant aux associations et aux autres services publics.
Le comité d'éducation à la santé et la citoyenneté
La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005 renforce la mission de pilotage de l'établissement scolaire, visant ainsi à rendre cohérente et opérationnelle une politique éducative et partenariale.
Le CESC contribue à l'éducation à la citoyenneté, prépare le plan de prévention de la violence, propose des actions pour aider les parents en difficulté et lutter contre l'exclusion, définit un programme d'éducation à la santé et à la sexualité et de prévention des comportements à risques.
Il constitue pour ces missions une instance de réflexion, d'observation et de veille qui conçoit, met en œuvre et évalue un projet éducatif en matière de prévention, d'éducation à la citoyenneté et à la santé, intégré au projet d'établissement. Il est présidé par le chef d'établissement.
Les personnels chargés de la gestion matérielle et financière
Les missions des gestionnaires des établissements scolaires sont définies par l'article R. 421-13 du Code de l'éducation qui prévoit que : « le chef d'établissement est secondé dans ses tâches de gestion matérielle, financière et administrative par un gestionnaire nommé par le ministre de l'Éducation nationale ou l'autorité académique habilitée à cet effet. Le gestionnaire est chargé sous l'autorité du chef d'établissement des relations avec les collectivités territoriales pour les questions techniques et il organise le travail des personnels techniciens, ouvriers et de service. » Les gestionnaires peuvent être également agent comptable de l'établissement. C'est la circulaire du 6 février 1997 qui décrit les articulations entre les diverses missions du gestionnaire avec les responsabilités qui incombent au chef d'établissement.
Le gestionnaire, communément appelé « intendant », seconde le chef d'établissement dans les tâches de gestion matérielle ainsi que dans les tâches de gestion administrative qui recouvrent l'administration générale et la gestion financière.
Pour l'entretien courant des locaux, des installations et des matériels, le gestionnaire fait appel, en fonction des nécessités, aux personnels de l'établissement ou aux services d'une EMOP(3) ou d'entreprises extérieures. Il propose au chef d'établissement les améliorations ou les aménagements qui lui paraissent nécessaires et participe aux réunions organisées par la collectivité de rattachement (il peut remplacer le chef d'établissement à sa demande).
La charge de la gestion matérielle lui confère une responsabilité particulière en matière de sécurité, aux côtés du chef d'établissement et sous son autorité. Son action dans l'exécution des travaux d'entretien des matériels et des locaux ainsi que dans la prévention des risques est essentielle.
Il prépare et coordonne les travaux de la commission d'hygiène et de sécurité et assure la mise en œuvre des mesures proposées par celle-ci et adoptées par le conseil d'administration.
Enfin il participe à l'élaboration du projet annuel de sécurité soumis au conseil d'administration et prépare l'organisation périodique des exercices d'évacuation, sollicite et prépare les visites de la commission départementale de sécurité et des organismes de contrôle réglementaires. Il propose toutes mesures de formation des personnels ATOS(4).
En cas de danger, il doit informer le chef d'établissement, exécuter sans délai les diligences qui lui incombent et, le cas échéant, prendre toute mesure conservatoire de nature à éviter la réalisation d'un danger imminent.
Des lourdes charges… pour les gestionnaires
  • Le gestionnaire est chargé de la mise en œuvre du contrôle de gestion appliqué à l'établissement.
  • Il tient la comptabilité matière qui concerne l'ensemble des stocks et, plus particulièrement, des stocks de denrées alimentaires.
  • Il contrôle la comptabilité des objets manufacturés ou des matières qui doit être préparée, sous l'autorité et la responsabilité du chef d'établissement, soit par le chef des travaux soit, à défaut, par le personnel enseignant désigné à cet effet ou par l'adjoint du chef d'établissement.
  • Il veille à la conservation matérielle des biens appartenant à l'établissement, sous réserve des dispositions spéciales qui concernent les matériels, les collections et les ouvrages servant à l'enseignement qui sont placés sous le contrôle des responsables pédagogiques.
Le contrôle de la tenue de la comptabilité matière est placé sous la responsabilité de l'agent comptable. Certains gestionnaires peuvent être nommés comptable de leur établissement ou d'un regroupement comptable, tout en demeurant gestionnaires de leur établissement d'affectation.
Les agents comptables de regroupement, dont les fonctions et responsabilités sont clairement précisées dans les textes réglementaires en vigueur, prennent l'appellation de chef des services financiers. Ils ont un rôle de conseil auprès des gestionnaires sans responsabilité comptable appartenant au groupement, notamment pour ce qui concerne la tenue de la comptabilité matière, les inventaires et les régies. Ils ont vocation à mettre en place et animer les groupements de services ou de moyens dont plusieurs établissements choisissent de se doter, dans les conditions prévues par la convention visée à l'article 18 bis de la loi du 10 juillet 1989.
Les assistants d'éducation
Les assistants d'éducation ont vocation à servir dans les écoles, collèges et lycées où ils ont pris dès la rentrée 2003 le relais des maîtres d'internat et des surveillants d'externat ainsi que des aides éducateurs. Ce dispositif fait appel en priorité à des étudiants auxquels sont proposés de préférence des postes à mi-temps, pour tenir compte des contraintes liées à la poursuite d'études supérieures.
Ils exercent dans les établissements scolaires publics du second degré les fonctions suivantes :
  • encadrement et surveillance des élèves ;
  • aide à l'accueil et à l'intégration des élèves handicapés ;
  • aide à l'utilisation des nouvelles technologies ;
  • aide à la documentation, accès aux technologies de l'information et de la documentation ;
  • participation aux activités culturelles, sportives et sociales.
Par les tâches quotidiennes qu'exerce l'assistant d'éducation (surveillance, organisation, accueil…) et la qualité des relations qu'il entretient avec les élèves, il les aide à devenir responsables et autonomes.
Il veille à la cohérence et cohésion avec l'équipe éducative, se soucie du bien-être des élèves, est attentif aux élèves en difficulté. Il pacifie les relations et est le médiateur entre les élèves. Il a cependant autorité et ascendant éducatif sur les élèves. Enfin, il maintient la discipline et l'ordre scolaire.
L'objectif premier est de permettre aux élèves de suivre leur scolarité dans les meilleures conditions : il s'agit donc d'offrir une aide méthodologique et une aide au travail personnel dans le cadre des programmes enseignés. Les assistants d'éducation sont prioritairement recrutés parmi les étudiants préparant les concours de l'enseignement scolaire. L'activité d'assistance pédagogique qu'ils exercent auprès des lycéens rencontre leur projet personnel en leur offrant une expérience préprofessionnelle utile. Une priorité est accordée aux étudiants boursiers.
Leur emploi du temps est arrêté par le chef d'établissement, en fonction des besoins du service et en tenant compte des exigences de leur propre formation.
Les secrétaires administratifs de l'Éducation nationale
Un secrétaire administratif de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur assure des tâches administratives d'application : rédaction, comptabilité, contrôle et analyse. Lorsqu'il est en fonction dans un établissement scolaire, il apporte son concours à la gestion matérielle et financière de celui-ci, il participe également aux responsabilités de l'équipe constituée par l'équipe de direction, d'éducation et de gestion. Son activité porte sur tous les domaines de la gestion en service administratif comme en établissement public d'enseignement : comptabilité, personnels, moyens, scolarité, finances, secrétariat de direction, etc. Ce sont des personnels incontournables au cœur de l'établissement scolaire
(1)CIO : centre d'information et d'orientation.
(2)Article paru sur Clicanoo.com.
(3)EMOP : équipe mobile d'ouvriers professionnels.
(4)ATOS : personnels administratifs, technicienss, ouvriers et de service.

Conclusion

La présence de ces différents personnels dans les établissements scolaires est incontournable et les spécificités professionnelles de chacun des acteurs concourent à la réussite de tous les élèves et au bien-être de toute la communauté scolaire.
Dossier réalisé par Frédérique Thomas, professeur agrégée, docteur en STAPS,
Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II, mise à jour 2015.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles