Finlande : « chaque élève est important »

-----------------------------------------------

Introduction

« Chaque élève est important. (1) »
© PHOVOIR
La Finlande est un petit pays de cinq millions d'habitants fortement engagé dans l'Europe. Son école mérite le détour. « Un succès » : telle est la conclusion des vastes études comparatives menées depuis 2000 sur le système éducatif de pays membres de l'OCDE(2).
L'enquête Pisa : la Finlande en tête depuis 2000
© OCDE
Ce programme international pour le suivi des acquis des élèves est mené tous les trois ans auprès d'élèves de 15 ans. En 2009, il a concerné 34 pays membres de l'OCDE, ainsi que 41 pays et économie partenaires.
La Finlande se classe au 2e rang en compréhension de l'écrit bien que ces compétences se soient légèrement affaiblies chez les jeunes Finlandais après l'étude PISA réalisée en 2000. Les compétences en cultures mathématique et scientifique se maintiennent toujours à un niveau élevé(3).
Le parcours scolaire du petit Finlandais commence par son entrée à l'école primaire à l'âge de 7 ans. Avant 6 ans, la scolarisation s'accomplit entre jardins d'enfants et classes préparatoires des écoles fondamentales. Gratuit et applicable à toute la classe d'âge correspondante, le cycle d'enseignement qui s'ensuit dure 9 ans : c'est « l'école fondamentale » pendant laquelle il n'y a pas de sélection et à l'issue de laquelle les élèves peuvent intégrer le second degré. Environ 97 % des élèves qui finissent la scolarité obligatoire continuent directement le second cycle du lycée ou de l'enseignement professionnel : l'enseignement secondaire n'est pas obligatoire, mais une écrasante majorité des élèves le suit. Tout Finlandais est tenu de fréquenter l'école jusqu'à 17 ans, ou jusqu'à achèvement du cycle d'enseignement de base(4).
Quelques caractéristiques du système éducatif finlandais :
  • il n'y a aucune sélection ;
  • la possibilité d'éducation est égale quel que soit l'âge, le sexe, la situation économique ou la langue maternelle ;
  • la gratuité existe pour tous (dont les transports et les repas) ;
  • le système d'éducation est presque entièrement public (les écoles privées existent mais sont rares) ;
  • l'enseignement se déroule à proximité du domicile ;
  • la coopération entre école et parents est réelle et suivie ;
  • l'apprentissage des langues est précoce ;
  • le soutien des élèves en difficultés dure pendant toute la scolarité ;
  • les redoublements et abandons sont extrêmement rares ;
  • c'est un certificat qui est délivré après accomplissement du cycle : pas d'examen ;
  • une année complémentaire peut être ajoutée en fin de scolarité (de manière facultative).
(1)M. Esa Râti, proviseur du lycée de Joenssu.
(2)Organisation de coopération et de développement économiques.
(3)Pisa 2009, www.minedu.fi.
(4)École fondamentale.

Un élève au centre du processus éducatif

L'élève se sent à l'école comme chez lui : c'est un lieu de vie où les espaces de travail sont vastes. L'accent est mis sur le fait qu'aucune sélection ne doit avoir lieu au cours de la scolarité obligatoire. Les apprentissages initiaux se font sans contrainte excessive avec le souci constant de stimuler, de motiver, d'être à l'écoute. Un enfant montrant des dispositions particulières apprendra à lire précocement, inversement avec l'accord des parents, les professeurs peuvent garder un enfant s'il apparaît qu'il n'est pas prêt pour la lecture. Les redoublements et les abandons sont ainsi extrêmement rares, et les élèves nécessitant un enseignement adapté en raison d'un problème d'apprentissage, même mineur, d'un retard de développement, d'un handicap ou encore d'une maladie, peuvent être accueillis dans des structures d'éducation spéciale, qui sont dans la mesure du possible rattachées à l'éducation classique. La Finlande respecte au plus haut point les savoirs et elle met véritablement au centre les individus dans le processus d'apprentissage.
« La taille modeste des établissements (300 à 400 élèves pour un collège ; 400 à 500 pour un lycée) crée une atmosphère de proximité et permet au principal ou au proviseur de connaître personnellement tous ses élèves. Les élèves vaquent dans des couloirs aux couleurs chaudes et souvent décorés de travaux d'élèves, sans hâte et sans bousculades. Pas de dégradations : les locaux sont propres et respectés comme un deuxième chez soi. Il semble qu'il ne viendrait même pas à l'esprit des élèves de taguer, de souiller, de détruire. »(5)
(5)L'éducation en Finlande : les secrets d'une étonnante réussite, Paul Robert, 2008.

Un cursus progressif

Tout au long de l'école fondamentale (7 à 13 ans) le cursus est le même pour tous. Après, des matières optionnelles sont introduites, différentes selon les établissements et chaque collège peut ainsi mettre en avant telle ou telle option : EPS(6), technologies, musique…
L'élève peut aller jusqu'au bout de son objectif en développant lui-même son cursus scolaire en fonction de ses intérêts, de ses capacités, de ses projets de poursuite d'études. Les établissements collaborent et il est possible de compléter son cursus ailleurs que dans l'établissement où l'on est inscrit. Les cours proposés répondent véritablement aux besoins des élèves. Il existe un réel souci pour le bien-être de l'élève pour lui épargner des charges de travail, de la fatigue inutile et respecter son rythme biologique : les séquences de cours sont limitées à 45 minutes et entrecoupées de plages de repos de 15 minutes pendant lesquelles les élèves sont libres de discuter dans des salles de repos, de se connecter sur les ordinateurs mis à disposition (entre autres activités).
La période d'éducation fondamentale (basic education) regroupe dans un même continuum l'équivalent de notre école primaire pour les enfants de 7 ans à 13 ans avec des professeurs polyvalents ((class-teachers() et du collège français ((comprehensive school() pour les élèves de 13 à 16 ans, avec des professeurs spécialisés dans une ou deux matières ((subject teachers). Il n'y a aucune sélection tout au long de la période d'éducation fondamentale, et les classes sont hétérogènes, sauf pour les élèves à besoin éducatifs spéciaux qui sont regroupés dans des classes à effectifs très allégés (10 maximum).
(6)Éducation physique et sportive.

Un rapport enseignant/enseigné chaleureux

Les élèves appellent professeur, instituteur ou tuteur par leur prénom sans y voir un manque de respect. Les règles de discipline sont souples : un téléphone qui sonne, un élève qui murmure, n'est pas considéré ici comme une marque de non-respect, comme de l'impolitesse. L'une des priorités des enseignants est de mettre l'élève en confiance, de s'ouvrir à la communication, aux échanges et être disponible pour répondre aux besoins des élèves en difficultés. Même si chacun a un titre au sein de l'éducation, la hiérarchie est pratiquement inexistante, l'environnement est décontracté. Les relations entre les professeurs et les élèves sont empreintes d'une grande familiarité, mais également d'un profond respect. Du jardin d'enfants au lycée, les professeurs sont disponibles et accessibles.
Le système repose sur la confiance, le plaisir d'enseigner et la coopération entre tous les acteurs. Les enseignants finlandais sont à l'écoute et donnent aux élèves le temps qu'il faut pour apprendre, aidés en cela par une formation continue au plus près des approches nouvelles en pédagogie, en didactique, en psychologie. Leur rôle dans la réussite de tous est primordial : ils sont considérés de manière extrêmement positive par la société finlandaise.
© Digital Vision
Les enseignants finlandais :
  • guident les élèves dans leur scolarité ;
  • aident l'élève à améliorer ses compétences dans les apprentissages ;
  • s'occupent également de la surveillance (pas d'éducateurs) et de l'administration de la classe ;
  • soutiennent les élèves dans leur croissance, leur développement et leur capacité à entreprendre et prévenir les problèmes.
Ce système repose sur la confiance, le plaisir d'enseigner et la coopération entre tous les acteurs. Les enseignants finlandais sont à l'écoute et donnent aux élèves le temps qu'il faut pour apprendre, aidés en cela par une formation continue au plus près des approches nouvelles en pédagogie, en didactique, en psychologie. Leur rôle dans la réussite de tous est primordial : ils sont considérés de manière extrêmement positive par la société finlandaise.

Un apprentissage par l'action

Dans les salles de classe, les enfants arrêtent d'un commun accord avec les enseignants les objectifs hebdomadaires et choisissent les devoirs qu'ils accompliront ensuite au rythme qui est propre à chacun. Dans le même temps, les autres groupes se succèdent dans les ateliers où ils se consacrent aux travaux pratiques, mettant ainsi en œuvre ce qu'ils ont appris par ailleurs en classe. Chaque groupe passera une semaine à tour de rôle notamment à l'atelier d'imprimerie afin d'y réaliser un petit journal spécifique à sa classe. Les élèves sont ici réellement acteurs de leurs apprentissages, le professeur est un guide, il lui est demandé de créer des situations d'enseignement et non de délivrer des cours magistraux. Il est ainsi d'usage de circuler dans la salle de classe à la recherche d'informations, d'aller demander conseil au professeur et de travailler avec les autres élèves(7).
Exemple
« Cours d'histoire (20 élèves, 14 ans environ) : les élèves sont assis sur des tapis de sol, assistent au gymnase à une saynète jouée par une troupe amateur ; il s'agit d'un épisode de la seconde guerre mondiale mettant aux prises serbes et croates. Les élèves applaudissent puis après quelques explications et consignes du professeur se répartissent par groupe pour noter sur des feuilles de papier leurs impressions et leurs réflexions, par écrit ou de façon imagée.(8) »
Il ressort de ce zoom sur l'enseignement en Finlande que c'est un des pays au monde où les inégalités sont les mieux corrigées par l'éducation et où les élèves ont un sentiment d'eux-mêmes très positif par rapport aux apprentissages.
« Dans notre système, notre valeur de l'éducation, ce n'est pas noter ce que les élèves n'ont pas réussi, mais par contre noter ce qu'ils ont bien fait. »
Najat Ouakrim-Soivio, directrice du Lycée franco finlandais.
(7)Marie Vial, professeur de français, lycée franco-finlandais, Helsinki.
(8)L'éducation en Finlande : Les secrets d'une étonnante réussite, compte rendu, Paul Robert, 2006

Pour aller plus loin

  • « L'école ailleurs… », dossier des Cahiers pédagogiques.
  • La Finlande : un modèle éducatif pour la France ? – Les secrets de la réussite 3e édition, Paul Robert, ESF, 2010.
Dossier réalisé par Frédérique Thomas, professeur agrégée, docteur en STAPS,
Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II. septembre 2009 (mise à jour septembre 2011).
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles