Portugal : vers une amélioration du système éducatif

-----------------------------------------------

La Loi de Base du Système Éducatif

© PHOVOIR
La République portugaise est un état démocratique composé d'un territoire continental divisé en cinq régions et de deux régions insulaires(1) .
La Loi de Base du Système Éducatif
La Loi de Base du Système Éducatif(2) établit le cadre général, en affirmant les principes consacrés par la Constitution de la République portugaise, tels que :
  • le droit de tous les Portugais à l'éducation et à la culture,
  • la responsabilité de l'État à l'égard de la démocratisation de l'enseignement,
  • la garantie du droit à une réelle égalité des chances quant à l'accès et à la réussite scolaire,
  • la liberté d'apprendre et d'enseigner et le respect des choix des élèves.
La coordination de la politique relative au système éducatif est sous la responsabilité du Ministère de l'Éducation qui définit les orientations pédagogiques et techniques. Il contrôle le bon fonctionnement des établissements. Ces services centraux exercent essentiellement les fonctions de conception, définition et d'évaluation des politiques éducatives, tandis que les fonctions exécutives sont surtout exercées par les services régionaux(3).
Les cinq Directions Régionales d'Éducation exercent principalement des fonctions de coordination, de suivi et d'assistance aux établissements de l'enseignement non supérieur, de gestion de leurs ressources humaines, financières et matérielles, d'aide sociale scolaire.
Pour les régions autonomes des Açores et de Madère, les compétences en matière éducative sont attribuées aux Secrétariats Régionaux d'Éducation. Ce sont des organes des gouvernements régionaux dotés de pouvoirs propres, même si le ministère de l'Éducation est responsable de la coordination de la politique éducative dans son ensemble.
(1)Archipel des Açores et de Madère situés dans l'océan atlantique.
(2)LBSE, 1986.
(3)Directions Régionales d'Éducation.

Le système éducatif élémentaire

Conformément aux dispositions de la Loi de Base du Système Éducatif, le système comprend l'éducation préscolaire, l'éducation scolaire.
L'éducation préscolaire (maternelle)
Elle est complémentaire de l'action de la famille. L'école maternelle, entre 3 et 5 ans, a connu un fort développement au cours des dernières années. Elle scolarise 60 % des enfants de 3 ans, 80 % des enfants de 4 ans et 91 % des enfants âgés de 5 ans(4) mais reste un enseignement facultatif : il incombe à la famille de jouer un rôle essentiel dans le processus éducatif.
Pour autant, c'est à l'État qu'il incombe de garantir l'existence d'un réseau d'écoles ou classes d'éducation préscolaire et d'appuyer les institutions intégrées au réseau public en leur versant des subventions qui couvrent une partie de leurs coûts de fonctionnement. L'objectif est l'augmentation de cette offre d'éducation pour accroître le nombre d'enfants accueillis surtout dans l'année qui précède la première année de la scolarité.
L'enseignement basique
La scolarité est obligatoire entre 6 et 15 ans, elle est organisée en 3 cycles :
  • Le premier cycle : (6-9/10 ans) offre un enseignement global, sous la responsabilité d'un enseignant unique, qui peut cependant être assisté par d'autres enseignants dans des domaines spécialisés.
  • Le deuxième cycle : (10-11 /12 ans) propose un enseignement organisé par domaines interdisciplinaires de base et chaque domaine est assuré par un enseignant.
  • Le troisième cycle (12-15 ans) est dispensé selon le principe d'un enseignant par discipline ou par groupe de disciplines. Les objectifs centraux se traduisent par l'acquisition systématique et différenciée de la culture moderne, littéraire, artistique, physique et sportive, scientifique et technologique. Ce cycle et son contenu sont indispensables à l'entrée dans la vie active et à la poursuite des études.
L'articulation entre les cycles s'opère par des séquences progressives afin que chaque cycle soit complété, approfondi et élargi par le cycle suivant dans une perspective d'unité globale de l'enseignement de base.
L'enseignement de base est validé par un certificat de fin d'études de base : Diploma de Ensino Basico.
(4)Source : www.centre-inffo.fr.

L'enseignement secondaire

Cet enseignement se situe au cours des 10e, 11e et 12e années de scolarité. Il s'agit d'un seul cycle d'études avec des variantes diversifiées. L'accès est conditionné à la réussite au Diploma de Ensino Basico. Dans l'enseignement secondaire, chaque enseignant est responsable d'une seule matière et il est organisé en trois filières :
  • Enseignement secondaire de caractère général et technologique : la filière générale, s'adresse à ceux qui veulent poursuivre dans l'enseignement supérieur et la filière technologique concerne ceux qui projettent d'obtenir une qualification professionnelle qui facilite leur entrée dans la vie active.
  • Enseignement professionnel : les élèves qui ont terminé l'enseignement de base ont la possibilité, dans cette filière, de se préparer à l'exercice d'une profession et d'obtenir à la fois un certificat de qualification professionnelle et un diplôme équivalent à celui de l'enseignement secondaire.
  • Enseignement artistique dont l'un des objectifs importants est de dispenser une formation artistique pour la poursuite d'études et la préparation dans les domaines des arts visuels, de la danse et de la musique.

PISA et les résultats du Portugal

Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) est une série d'études menée tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 34 pays membres de l'OCDE(5). Les résultats du Portugal sont encourageants et méritent d'être soulignés(6).
Les résultats du Portugal aux tests PISA ont été, depuis 10 ans, plutôt faibles, mais, pour la première fois en 2011, ils se rapprochent de la moyenne européenne.
C'est finalement le 4e pays qui a le plus progressé en lecture et en mathématiques et le 2e en sciences. Ce classement est dû pour une part à l'aide fournie aux élèves ayant de mauvais résultats, mais aussi par une augmentation du nombre des élèves qui vont dans l'enseignement secondaire. En réalité, le Portugal est un des pays qui arrive à compenser les inégalités socio-économiques de manière significative.
Les raisons sont diverses, mais on peut remarquer que de plus en plus d'enfants suivent une formation préscolaire et que l'équipement technologique des écoles s'est considérablement amélioré.
• Depuis presque une vingtaine d'années maintenant, des soutiens directs existent. Deux ou trois élèves une heure par semaine, profitent de l'aide d'un professeur pour les aider à comprendre ce qu'ils n'ont pas assimilé en classe. Plus récemment, ont été mis en place des soutiens spécifiques pour les étrangers : 90 min par semaine de plus de cours de portugais dans des classes qui ne dépassent pas les dix élèves chacune, et des examens prenant en compte leur situation spécifique.
• Depuis 2008, le gouvernement du Portugal a investi 700 millions d'euros dans un plan d'équipement technologique dans l'éducation. Ce plan a permis d'équiper les classes du secondaire de 300 000 ordinateurs et de tableaux blancs interactifs (TBI). Il prévoyait également de soutenir la production de ressources numériques et de former les enseignants à l'usage des TICE(7). L'objectif assigné pour 2011 était d'arriver à un ordinateur pour deux élèves et à un TBI pour deux classes.
(5)Organisation de coopération et de développement économiques.
(6)« PISA 2009 et les pays qui réussissent : comment font-ils ? », Maylis Brandou, 28 décembre 2010, publié dans Education/ Recherche.
(7)Technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement.

Un contexte incertain

Compte tenu du contexte budgétaire serré, le ministère de l'Éducation et des Sciences a décidé, par exemple, de ne plus consacrer autant de moyen aux licences informatiques dans les écoles. En effet, les licences d'utilisation des logiciels de 50 000 ordinateurs distribués entre 2004 et 2007 ne seront pas renouvelées. Pour autant, cette mesure ne touchera pas les ordinateurs distribués en 2009 qui eux bénéficient d'une licence définitive. La situation n'affectera pas le fonctionnement des écoles, mais il semble que l'utilisation de logiciels libres soit l'avenir.
Les restrictions budgétaires pour l'éducation ont été d'environ 900 millions d'euros et ont eu de fortes conséquences : les salaires des enseignants ont diminué de 5 à 10 % et les conditions de travail se détériorent…(8)
Dossier réalisé par Frédérique Thomas, professeur agrégée, docteur en STAPS,
Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II, mise à jour mai 2012.
(8)« Le Portugal dans la crise », Maria Arminda Bragança, responsable du secteur international à la FNE-UGT du Portugal, www.unsa-education.or
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles