John Locke, Lettre sur la tolérance

-----------------------------------------------
Un texte de Locke qui développe son fameux principe de tolérance politique :
« L'État, selon les idées, est une société d'hommes instituée dans la seule vue de l'établissement, de la conservation et de l'avancement de leurs intérêts civils. J'appelle intérêts civils, la vie, la liberté, la santé du corps ; la possession des biens extérieurs, tels que l'argent, les terres, les maisons, les meubles, et autre choses de cette nature. Il est du devoir du magistrat civil, d'assurer, par l'impartiale exécution de lois équitables, à tout le peuple en général, et à chacun de ses sujets en particulier, la possession légitime de toutes les choses qui regardent cette vie. Si quelqu'un se hasarde de violer les lois de la justice publique, établies pour la conservation de tous ces biens, sa témérité doit être réprimée par la crainte du châtiment, qui consiste à le dépouiller, en tout ou en partie, de ces biens ou intérêts civils, dont il aurait pu et même dû jouir sans cela. Mais comme il n'y a personne qui souffre volontiers d'être privé d'une partie de ses biens, et encore moins de sa liberté ou de sa vie, c'est aussi pour cette raison que le magistrat est armé de la force réunie de tous ses sujets afin de punir ceux qui violent les droits des autres.  »
John Locke, Lettre sur la tolérance, Paris, Flammarion, 2007, p. 168

------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2017, rue des écoles