QCM orthographe-vocabulaire-grammaire, culture générale (Nantes 2006)

-----------------------------------------------

Énoncé

Vocabulaire
Sous les dix mots ci-dessous (en majuscules), figurent cinq propositions de définitions (a), b), c), d), e)). Choisissez celle qui vous paraît convenir en cochant la case correspondant au numéro d'item et à la lettre choisie.
Cocher une case par item.
1. DILETTANTE
a) paresseux
b) en amateur
c) qui sert à agrandir
d) blasé
e) de façon distraite
2. EMBU
a) rempli
b) surface de jeu
c) de couleur terne
d) couvert de buée
e) orgueilleux
3. CREPON
a) étoffe
b) pâte à crêpes
c) enduit de mortier
d) filtre
e) bruit sec
4. HOULETTE
a) ondulation de la mer
b) jeu de hasard
c) touffe de cheveux
d) rapace nocturne
e) bâton de bergea
5. RÉFRINGENT
a) qui retient
b) très élégant
c) qui refroidit
d) qui réfracte
e) qui resserre
6. INCURIE
a) accusation
b) manque de soin
c) sans curiosité
d) radiothérapie
e) manque de cuisson
7. AGONIR
a) féliciter
b) ne pas percevoir
c) accabler
d) décliner
e) être à l'agonie
8. INANITION
a) inutilité
b) sans vie
c) privation d'aliments
d) incompétence
e) inconscient
9. ROMBIÈRE
a) femme prétentieuse
b) glace aux fruits
c) grosse femme
d) furie
e) dessert confit
10. CONTUS
a) inventé
b) qui est refermé
c) incertain
d) qui convient bien
e) meurtri
Chassez l'intrus
Pour chacune des séries suivantes, quatre éléments ont une propriété linguistique commune ; un élément est un intrus ; débusquez-le, en cochant la case correspondante (a), b), c), d), e)).
Cocher une case par item.
11. a) piédestal
b) festival
c) carnaval
d) narval
e) régal
12. a) armistice
b) incendie
c) insigne
d) acné
e) astérisque
13. a) mon
b) chaque
c) cette
d) quelle
e) celui
14. a) chérir
b) venir
c) alunir
d) finir
e) croupir
15. a) landau
b) bleu
c) préau
d) sarrau
e) pneu
16. a) manie
b) manique
c) maniement
d) manuscrit
e) manucure
17. a) car
b) sur
c) sans
d) avec
e) pour
18. a) sourire
b) goûter
c) savoir
d) jouer
e) devoir
19. a) capitulaire
b) capitaine
c) décapité
d) capitation
e) capité
20. a) serf
b) veuf
c) canif
d) natif
e) neuf
Conjugaison
Chacun des dix items ci-dessous présente quatre formes censées appartenir à un même verbe. Il se peut qu'une (au plus) de ces quatre formes soit incorrecte… ou instruse.
Débusquez-la, en cochant la lettre correspondante (a), b), c), d)).
Si, selon vous, toutes les formes d'un item sont correctes et appartiennent au même verbe, cochez la case « e) » pour cet item.
Cocher une case par item.
21. a) elles mouvaient
b) qu'ils meuvent
c) je mouvrais
d) meus
e) toutes les formes sont correctes
22. a) savant
b) je saurai
c) que vous sachiez
d) sache
e) toutes les formes sont correctes
23. a) vous interpelez
b) interpelle
c) que j'interpellasse
d) tu interpelleras
e) toutes les formes sont correctes
24. a) ciselon
b) tu ciselles
c) vous ciseliez
d) que nous ciselions
e) toutes les formes sont correctes
25. a) projeté
b) je projetterai
c) projetant
d) elle projetait
e) toutes les formes sont correctes
26. a) aie offert
b) que nous offrissions
c) qu'il offrit
d) ils eussent offert
e) toutes les formes sont correctes
27. a) vêtu
b) qu'elle vête
c) vous vétiriez
d) vêts
e) toutes les formes sont correctes
28. a) elle sursoit
b) sursis
c) je surseoirai
d) qu'il sursoie
e) toutes les formes sont correctes
29. a) tu confis
b) elles confisent
c) que nous confisions
d) confie
e) toutes les formes sont correctes
30. a) j'oinds
b) nous oignons
c) qu'il oigne
d) oignant
e) toutes les formes sont correctes
Vrai ou faux
Chacune des dix propositions ci-dessous est vraie… ou fausse.
Cochez la lettre correspondant à la réponse que vous choisissez pour cet item.
31. L'énoncé « Cet homme est un renard » est une synecdoque. ❑ vrai ❑ faux
32. Un substantif peut n'être constitué que d'un radical seul. ❑ vrai ❑ faux
33. « aérophage » et « aréopage » sont des paronymes. ❑ vrai ❑ faux
34. Le mot « nymphe » commence par le son qui finit le mot « venin ». ❑ vrai ❑ faux.
35. Les déterminants ne peuvent pas se combiner entre eux. ❑ vrai ❑ faux.
36. Il est possible de trouver un déterminant possessif de forme masculine devant un substantif féminin. ❑ vrai ❑ faux.
37. Les prépositions servent à rattacher l'un à l'autre deux termes ou deux groupes de termes qui n'assument pas la même fonction. ❑ vrai ❑ faux.
38. En français, la conjugaison se forme à partir d'un radical fixe auquel on rajoute une désinence pouvant préciser le mode, le tems ou la personne. ❑ vrai ❑ faux.
39. À la voix active les verbes transitifs forment tous leurs temps composés au moyen de l'auxiliaire « avoir ». ❑ vrai ❑ faux.
40. « oui » et « ouest » débutent par le même son. ❑ vrai ❑ faux.
Nature et fonction
Choisissez la réponse qui vous semble le mieux convenir pour caractériser le mot souligné
41. Il buvait sec.
a) adjectif qualificatif
b) adverbe de manière
c) adverbe de comparaison
d) adjectif indéfini
42. Je l'ai pour ami.
a) attribut du sujet
b) complément d'objet
c) attribut du complément d'objet
d) complément de manière
43. Comme il partait…
a) conjonction de subordination
b) adverbe de comparaison
c) adverbe circonstanciel de temps
d) conjonction de coordination
44. La ville de Paris.
a) complément circonstanciel de lieu
b) complément de nom
c) apposition
d) attribut
45. Que tu es migron !
a) pronom relatif
b) adverbe de quantité
c) pronom exclamatif
d) conjonction de subordination
46. Il y est arrivé par ruse.
a) complément d'agent
b) complément d'attribution
c) complément d'objet indirect
d) complément circonstanciel de moyen
47. Le président Chirac.
a) attribut
b) épithète
c) complément de nom
d) apposition
48. Dure fut la chute.
a) sujet du verbe
b) attribut du sujet
c) épithète
d) adverbe de manière
49. Sans tambour ni trompette.
a) conjonction de coordination
b) adverbe de négation
c) préposition
d) adverbe de quantité
50. Il ne faut pas parlet la vouche pleine.
a) complément d'objet
b) complément circonstanciel de moyen
c) sujet de la complétive
d) complément circonstanciel de manière
Questions
Une seule réponse juste par question.
1.  La Symphonie héroïque a été composée par :
a) Haydn
b) Wagner
c) Beethoven
d) Berlioz
e) Dvorak
2. L'erpétologie est l'étude :
a) des éruptions virales qui apparaissent sur la peau.
b) de la coloration des pétales de fleurs.
c) des douleurs semblables à celles que produirait un instrument qui perce.
d) des reptiles et des batraciens.
e) des douleurs qui changent souvent de place.
3. Quel personnage célèbre a été condamné par l'Église à brûler sur le bûcher en raison de ses idées cosmologiques ?
a) Nicolas Copernic
b) Galiléo Galilée
c) Johannes Kepler
d) Isaac Newton
e) Giordano Bruno
4. Le peintre Pissarro appatenair à l'école :
a) impresionniste
b) cubiste
c) dadaïste
d) surréaliste
e) naturaliste
5. Qui a écrit la pièce de théâtre intitulée Le Diable et le Bon Dieu ?
a) Jean Cocteau
b) Jean-Paul Sartre
c) François Mauriac
d) Paul Claudel
e) Georges Bernanos
6. Quel est le pays qui n'est pas frontailer du Niger ?
a) Algérie
b) Mali
c) Libye
d) Ghana
e) Tchad
7. Un de ces contes n'est pas de Charles Perrault. Lequel ?
a) Riquet à la houppe
b) Peau d'âne
c) La Fée grenouille
d) La Petit Chaperon rouge
e) Grisélidis
8.  L'Étranger d'Albert Camus se passe à :
a) Alger
b) Casablanca
c) Tanger
d) Rabat
e) Oran
9. Un « bachi-bouzouk » est :
a) un mot inventé par le capitaine Haddock dans Tintin et Milou.
b) un cavalier ottoman du xix e siècle.
c) un marchand albanais du xviii e siècle.
d) un âne en Turquie.
e) un soldat biélorusse du xiv e siècle.
10. Quel est le titre du premier roman de Michel Houellebecq ?
a) Plateforme
b) Renaissance
c) Les particules élémentaires
d) Lanzarote
e) Extension du domaine de la lutte

Corrigé

Vocabulaire
1. Réponse : B.
2. Réponse : C.
3. Réponse : A, tissu gaufré.
4. Réponse : E, bâton qui se termine par un crochet pour attraper les animaux.
5. Réponse : D, qui réfracte la lumière.
6. Réponse : B.
7. Réponse : C, accabler quelqu'un d'injures.
8. Réponse : C.
9. Réponse : A.
10. Réponse : E, qui a des contusions.
L'intrus
11. Réponse : A.
Piédestal : nom en -al qui, au pluriel, change en -aux : piédestaux. Ce n'est pas le cas des autres noms, exceptions à la règle, qui prennent un -s au pluriel.
12. Réponse : D.
Acné est un nom féminin, les autres non.
13. Réponse : E.
Celui est un pronom démonstratif. Les autres mots sont des déterminants, mon : déterminant possessif, cette  : déterminant démonstratif, chaque : déterminant indéfini et quelle : déterminant interrogatif ou exclamatif.
14. Réponse : B.
Venir est un verbe irrégulier : le radical n'est pas toujours le même : je viens, nous venons . Les autres verbes en -ir sont des verbes du deuxième groupe.
15. Réponse : C.
Préau prend un -x au pluriel : préaux. Les autres mots prennent un -s.
16. Réponse : A.
Manie vient du latin mania : folie, fureur. Tous les autres mots dérivent plus ou moins directement du latin manus, qui signifie main.
17. Réponse : A.
Car est une conjonction de coordination, les autres mots sont des prépositions.
18. Réponse : D.
Toutes les propositions peuvent avoir les fonctions du nom ou du verbe (ex : le sourire ou sourire à la vie) sauf jouer qui est uniquement un verbe.
19. Réponse : C.
Seul décapité est formé à l'aide du préfixe dé-. Capité, (adj.) se dit d'un organe végétal terminé en tête arrondie.
20. Réponse : C.
Seul canif n'a pas de féminin qui se construit par la modification du -f en -v et par l'adjonction d'un -e. Serf donne serve au féminin, veuf donne veuve, natif donne native et neuf donne neuve.
Conjugaison
21. Réponse : E.
A → imparfait de l'indicatif
B → subjonctif présent
C → conditionnel présent
D → impératif présent
22. Réponse : A.
Le participe présent de savoir est sachant.
B → futur simple de l'indicatif
C → subjonctif présent
D → impératif présent
23. Réponse : A.
Interpellez : interpeller ne fonctionne pas comme appeler.
B → impératif présent
C → subjonctif imparfait
D → futur simple de l'indicatif
24. Réponse : B.
Tu cisèles à l'indicatif présent.
A → impératif présent
C → imparfait de l'indicatif
D → subjonctif présent
25. Réponse : E.
A → participe passé
B → futur simple de l'indicatif
C → participe présent
D → imparfait de l'indicatif
26. Réponse : C.
Sans le « qu' », ce serait une forme du passé simple. À  l'imparfait du subjonctif, on devrait avoir offrît.
A → impératif passé
B → subjonctif imparfait
D → conditionnel passé 2e forme
27. Réponse : E.
A → participe passé
B → subjonctif présent
C → conditionnel présent
D → impératif présent
28. Réponse : B.
Ce n'est pas une forme verbale, mais un nom.
A → indicatif présent
C → futur simple de l'indicatif
D → subjonctif présent
29. Réponse : D.
Ce n'est pas une forme du verbe confire, mais une forme du verbe confier à l'impératif présent.
A → indicatif présent
B → indicatif présent
C → subjonctif présent
30. Réponse : A.
J'oins à l'indicatif présent.
B → indicatif présent
C → subjonctif présent
D → participe présent
Vrai ou Faux
31. Réponse : faux.
C'est une métaphore ; il existe un rapport d'analogie entre l'homme et le renard, rapport qui renvoie à la ruse.
La synecdoque, en revanche, établit un rapport d'inclusion, elle utilise par exemple le mot « voile » pour désigner un bateau.
32. Réponse : faux.
Un nom peut être formé d'un radical seul mais on peut aussi lui adjoindre un préfixe, un suffixe, par exemple : le radical fourche + le suffixe -ette donnent « fourchette ».
33. Réponse : faux.
Le mot aérophage n'existe pas.
Le mot aréopage désigne le tribunal suprême d'Athènes que la tradition fait remonter aux origines de la ville, ou un groupe de personnages importants qui ont à juger, à décider quelque chose.
34. Réponse : faux. pourquoi ?
Vient du grec nymphé qui signifie jeune fille.
35. Réponse : faux.
Les déterminants numéraux, certains indéfinis peuvent accompagner un article défini, un déterminant possessif ou démonstratif. Par exemple : les deux  enfants.
36. Réponse : vrai.
Les formes mon, ton, son se trouvent devant un nom masculin mais également devant un nom féminin à initiale vocalique, par exemple : mon amie, son erreur.
37. Réponse : vrai.
Effectivement, même si l'on considère la préposition comme un constituant d'un syntagme prépositionnel en relation de dépendance avec un autre élément.
38. Réponse : faux.
Le verbe varie en mode, en temps, en voix, en personne, en nombre. Pour certains verbes, l'ensemble des formes conserve le même radical, mais certains verbes irréguliers ont des radicaux différents : il va, nous allons.
39. Réponse : vrai.
40. Réponse : vrai.
Ils commencent par la semi-voyelle [w].
Nature et fonction
41. Réponse : B.
Sec : la forme de l'adjectif est employée comme adverbe, elle est alors invariable.
42. Réponse : C.
Après certains verbes, l'attribut de l'objet est parfois introduit par une préposition.
43. Réponse : A.
44. Réponse : C.
45. Réponse : B.
C'est un adverbe de quantité exclamatif.
46. Réponse : D.
Le verbe arriver utilise l'auxiliaire être pour les formes composées, ce n'est pas une construction passive ici.
47. Réponse : D.
48. Réponse : B.
49. Réponse : A.
50. Réponse : D.
QCM
1. Réponse : C.
La 3e symphonie de Beethoven est aussi appelée La symphonie héroïque.
Berlioz a composé La symphonie fantastique et Dvorák La symphonie du nouveau monde.
2. Réponse : D.
Erpétologie ou herpétologie.
3. Réponse : E.
L'astronome Nicolas Copernic a émis l'hypothèse du mouvement de la Terre et des autres planètes autour du soleil. Cette conception a été vivement critiquée par l'Église et son œuvre, mise à l'index.
Galilée partageait les conclusions de Copernic, mais il a dû comparaître devant le tribunal de l'Inquisition et il s'est rétracté.
L'astronome Kepler, partisan du système de Copernic, s'est intéressé aux mouvements des planètes et à leur orbite.
Le savant anglais Newton a établi la théorie de l'attraction universelle.
4. Réponse : A.
5. Réponse : B.
Pièce en trois actes jouée pour la première fois en 1951.
6. Réponse : D.
7. Réponse : C.
La Fée grenouille est un conte de Henry Carnoy.
8. Réponse : A.
9. Réponse : B.
Un « bachi-bouzouk » est en effet un soldat volontaire de l'ancienne cavalerie irrégulière.
10. Réponse : C.
Publié en 1998.
Dissertation
La notion de citoyenneté, posée historiquement, est un fondement politique et social de notre pays. Elle définit ainsi des droits civils et politiques aux citoyens. Pourtant au quotidien, les atteintes aux principes de citoyenneté sont fréquentes, comme le prouve la difficile parité entre hommes et femmes. Mais au-delà de cet exemple, nous pouvons nous interroger sur l'instauration de quotas censés favoriser l'égalité des chances dans notre société. En effet, pour remédier aux discriminations qui touchent différentes communautés, le législateur a mis en place les quotas ; mais le principe même de discrimination positive est souvent contesté.
L'égalité des hommes est inscrite depuis 1789 dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. » Après la Seconde Guerre mondiale, le préambule de la Constitution reprend ce principe : « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme. » Aujourd'hui pourtant, malgré les progrès sociaux et les mouvements féministes, les femmes demeurent peu représentées dans le domaine public, et elles se heurtent également aux disparités d'emplois et de salaires. Mais l'inégalité n'affecte pas uniquement les femmes. La société ne parvient pas facilement à intégrer dans le monde du travail les personnes handicapées ou d'origine étrangère. De même, l'origine sociale peut entraver les jeunes dans l'accès aux études supérieures.
Pour lutter contre ce problème et pour parvenir à une société plus juste, plus égalitaire, certains politiques ont proposé d'instaurer des quotas et de pratiquer des discriminations positives. Ainsi, les législateurs ont voté en juin 2000 une loi dite « de parité », garantissant un nombre égal de femmes et d'hommes dans les assemblées politiques. Dans la même perspective, les entreprises de plus de vingt salariés doivent intégrer 6 % de travailleurs handicapés dans leur effectif. Quant à certaines grandes écoles comme les IEP, elles organisent un recrutement parallèle afin d'accueillir les meilleurs lycéens des quartiers défavorisés. Une autre loi (du 16 novembre 2001) définit les discriminations illégales. Cet arsenal législatif et les quotas montrent bien une volonté de favoriser l'égalité des chances. Toutes ces mesures ne sont d'ailleurs pas sans résultat.
Pourtant, la politique des quotas essuie de nombreuses critiques et il faut bien avouer que le bilan est mitigé. De fait, l'Observatoire de la parité remarque que les grands partis laissent peu de place aux femmes et préfèrent s'acquitter de l'amende. Malgré une légère augmentation, l'Assemblée nationale compte toujours peu de femmes députées, autour de 10 %. D'autre part, si grâce aux quotas certains jeunes des banlieues ghettos poursuivent des études brillantes, ils peinent toujours à trouver un emploi, et leur taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale. Enfin, certaines entreprises sont toujours réticentes à employer des personnes handicapées. Mais le traitement préférentiel des groupes minoritaires déclenche d'autres critiques encore. Certains soulignent le paradoxe de ces politiques puisqu'elles stigmatisent les différences et entretiennent une ségrégation de fait. Par ailleurs, en luttant contre des inégalités, elles en suscitent d'autres. Enfin et surtout, la discrimination, même positive, est contraire aux principes de la République.
Pendant quelque temps, les quotas ont semblé être la solution pour lutter contre les inégalités. S'ils ont produit quelques effets positifs, ils ont également généré beaucoup d'oppositions. Aussi, certains cherchent à redéfinir les relations sociales en s'appuyant non plus sur le principe d'égalité mais plutôt sur le principe d'équité.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2017, rue des écoles