Aquitaine, 20 janvier 2009, épreuve d'admission, éducateur spécialisé, analyse de texte

-----------------------------------------------
Consignes
1. Reformulez et développez l'idée principale du texte. (5 points)
2. Donnez une définition des mots ou des groupes de mot suivants (5 points) :
  • cardinale
  • éthique
  • empathie
L'auteur constate le taux de féminisation particulièrement élevé dans les métiers de l'aide à la personne. Selon vous, pourquoi les hommes désertent-ils ce type de métier ? Les pouvoirs publics ont-ils la capacité d'inverser la tendance, si oui, comment ? (10 points)
Votre argumentaire, pour cette troisième partie, devra être construit et être contenu sur une page, c'est-à-dire un recto
Texte
Enseigner la politesse aux enfants
Dix-sept heures. L'autobus est bondé. Comme d'habitude, des personnes âgées restent debout tandis que de fringants jeunes gens sont confortablement assis. Sauvagerie ordinaire. Mais, pour une fois, les fringants jeunes gens ne sont pas les mieux lotis. Car, au fond du véhicule, une petite fille de 3 ou 4 ans, vautrée sur une banquette, occupe, elle… deux places. Et même trois. Car, cet espace lui semblant sans doute un peu restreint, elle a posé ses pieds – et ses chaussures mouillées – sur le siège d'en face. Sa mère, debout dans l'allée, non seulement ne dit rien, mais la contemple d'un air extasié.
La situation est tellement saugrenue, tellement anormale que l'on pourrait s'attendre à des protestations. Curieusement, personne n'intervient. Comme si chacun était frappé de sidération, cloué dans l'impuissance. Un vieux monsieur cependant rompt le silence. Il s'indigne de ce qu'il voit. Mais il n'a pas le temps de finir sa phrase car deux femmes l'interrompent. Et leurs propos méritent que l'on s'y arrête, car ils s'appuient sur un seul argument, de poids : le caractère sacré de l'enfant, les droits  (infinis) que ce caractère sacré lui confère et l'obligation qu'ont les adultes de les respecter… s'ils l'aiment. Brandissant cette bannière, elles s'interpellent bruyamment pour renvoyer le monsieur à son archaïsme et à sa cruauté. « Il n'aime pas les enfants, le monsieur, c'est sûr ! S'il les aimait, il comprendrait. Et d'ailleurs, c'est normal qu'il ne les aime pas : il est vieux ! » Argument définitif… Parmi les voyageurs, le malaise s'est fait encore plus palpable. Personne n'ose intervenir. L'arrivée au terminus aura des allures de délivrance.
Pourquoi, au moment de parler de la politesse, raconter cette histoire ? Parce qu'elle permet d'en comprendre à la fois le sens et l'importance. Pourquoi en effet aucun voyageur n'a-t-il pu, dans cet autobus, s'opposer au comportement de cette enfant alors que, de toute évidence, personne ne l'approuvait ? De quoi avions-nous peur ? D'une « gamine » de 4 ans ? Pour étonnant que cela puisse paraître, je pense que l'on peut répondre affirmativement à cette question. À condition toutefois de préciser que ce n'est pas l'enfant dans sa réalité qui nous a réduits au silence, mais ce qu'elle représentait. […]
Si cette histoire est instructive, c'est qu'elle montre que, loin d'être un ensemble de paroles et de gestes conventionnels et un peu vides, un vernis de surface qu'il faudrait acquérir pour avoir l'air « bien élevé », la politesse est au contraire un élément essentiel de la construction de l'enfant. Parce qu'elle est un moyen (qu'on lui donne) de lutter au quotidien contre le principe de plaisir qui menace à chaque instant de le dominer et de gâcher sa vie. Si la mère de cette petite fille avait tenu, dans cet autobus, sa place de mère, elle lui aurait appris ce que la politesse impose en pareil cas : laisser sa place. Ce faisant, elle lui aurait enseigné l'existence de l'autre, et sa capacité à ressentir et à souffrir (la vieille dame est fatiguée). Et elle l'aurait de plus valorisée en la posant comme une « grande » capable de comprendre et d'agir en conséquence. En ne le faisant pas, elle l'a laissée se complaire dans une animalité momentanément jouissive sans doute, mais à coup sûr destructrice. Si les autres ne sont rien, comment penser que l'on a, soi-même, une valeur et droit au respect ? Comment accepter de rester sur sa chaise à l'école alors que l'on peut voyager couché dans l'autobus ?
Le rapport à la politesse d'un enfant atteste donc toujours non pas de son appartenance à une classe sociale « X » ou « Y », mais de sa compréhension profonde (intellectuelle, mais surtout émotionnelle) de ce qu'est l'autre.
Claude Halmos, psychanalyste
Psychologie Magazine, novembre 2008
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles