Éthique

-----------------------------------------------
« Personne ne peut rester en soi : l'humanité de l'homme, la subjectivité, est une responsabilité pour l'autre, une vulnérabilité extrême. »
Lévinas

• L'éthique est au sujet ce que la morale est à la société, la déontologie à la profession.
• Travailler la question de l'éthique, c'est travailler son implication personnelle dans un dispositif d'interventions sociales.
• Dans un contexte peu favorable à la solidarité et à l'action sociale, s'interroger sur soi et sur sa posture professionnelle est une nécessité.
• Le travail social est porteur de valeurs _ démocratiques, républicaines, humanistes… – et animé par des principes phares – tolérance, respect, dignité…
• Dès lors, comment éviter la trahison de ces missions lorsque l'impatience, l'incompréhension, l'épuisement professionnel nous font compromettre nos idéaux ? Ai-je le droit de « désobéir » si mon responsable m'ordonne de commettre l'inverse de ce que je considère comme mon devoir ? Autant de grands moments de solitude… Et c'est justement dans la solitude que se réalise la conscience éthique. Comment, face à de tels dilemmes, puis-je éviter de tomber dans l'un des pièges des « 3D » : déni, doute, désespoir ?
• L'éthique, c'est la disposition à se sentir responsable devant la souffrance d'autrui. Cette disposition n'est pas une simple posture sociétale mais, au contraire, la condition première du social et de la recherche du bien-vivre ensemble.
• Encore faut-il être capable de percevoir sa propre vulnérabilité devant la souffrance de l'autre, et de considérer que personne ne peut répondre à sa place. Une posture éthique nécessite l'intégrité et le combat de l'indifférence.
• Ricœur, philosophe de l'éthique, a intitulé l'un de ses livres : Soi-même comme un autre. Tout est dit.
• Le travail social est une construction pour tenter de pallier l'excès des maux qu'une société engendre. Il limite les dégâts d'une économie.
• Le travail social a pour mission de prévenir et compenser des injustices, de prévenir et compenser aussi la destruction des liens sociaux, grâce à une redistribution des richesses. Quand il se met à faire tout le contraire, il bascule dans une collaboration avec les processus d'exploitation et d'exclusion du système lui-même : il passe alors de la justice sociale au contrôle social.
• Ces véritables missions premières _ soit la recherche d'une plus grande justice sociale en matière d'accès à l'intégration, au droit, à la citoyenneté, au travail, à l'éducation, à la santé _ contraignent les travailleurs sociaux à un positionnement éthique fondamental, puisqu'ils se retrouvent en première ligne pour garantir, autant que faire se peut, le maintien des liens sociaux.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles