Normandie, mai 2015, épreuve écrite d'admissibilité, Éducateur technique spécialisé (ETS)

-----------------------------------------------

Énoncé

Consignes
Texte : « Extrait du journal les Échos », Les Échos, 12 novembre 2007
Dissertation (20 points)
La précarité est-elle une forme d'exclusion sociale ?
Pour répondre à cette question votre écrit comportera une introduction, un développement avec paragraphes et une conclusion.
Pour cette épreuve, il sera tenu compte de la présentation, de l'orthographe et de la syntaxe (de 0 à -3 points). Aucune feuille de brouillon ne sera acceptée.
Un nombre croissant de personnes en France sont en situation précaire, échappant au système de santé et cumulant les risques. « C'est un véritable tsunami qui nous attend entre 2010 et 2020 » : Pascal Melin, médecin au centre hospitalier de Saint-Dizier, est confronté à une dure réalité. Selon cet expert, vice-président de l'association SOS Hépatites, près de 80 % des nouvelles contaminations par le virus de l'hépatite C (VHC) touchent désormais des usagers de drogues. Les méthodes de prévention et de prise en charge traditionnelles ne fonctionnent pas avec ces personnes isolées, vivant dans des conditions précaires ou psychologiquement fragiles, « Il faut inventer de nouvelles formes de prise en charge adaptée à ces patients », indique Pascal Melin. Selon lui, le traitement socio-médical de ces exclus réclame deux approches nouvelles : une gestion multidisciplinaire, et des structures de traitement construites sur mesure. « Quand les centres de soins sont bien adaptés à ces populations, on obtient un taux de guérison de 70 %, comme pour le reste de la population. » Quelques centres de ce type existent désormais dans l'Hexagone. Ils ont été présentés récemment aux rencontres de Biarritz consacrées à un trio infernal qui fait des ravages chez les laissés pour compte de la santé : toxicomanie, hépatites, sida.
Les Échos, 12 novembre 2007.

Élements de réponses

Dissertation (20 points)
Exemple de plan
Introduction :
La précarité est l'absence d'une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et aux familles d'assumer leurs responsabilités élémentaires et de jouir de leurs droits fondamentaux. L'insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives. Plusieurs raisons expliquent l'existence de la précarité et de l'exclusion qu'elle génère.
Développement :
I. Causes de la précarité 
  • Montée de chômage et notamment d'un chômage de longue durée.
  • Difficultés pour les jeunes d'accéder à un premier emploi. Précarisation de l'emploi lui-même, avec le développement des CDD, des contrats à temps partiel.
  • Restructurationsociale, évolution de la famille en France depuis quelques décennies (hausse des divorces, familles monoparentales, recomposées, etc.).
II. Conséquences : la précarité, facteur d'exclusion sociale 
  • Besoins primaires difficiles à satisfaire : logement (crise du logement, besoin d'un garant, d'une avance sur les loyers, etc.), santé (malgré le remboursement, il faut avancer l'argent, ce qui n'est pas toujours possible, existence du CMU, mais dignité mise à mal, sentiment de honte, etc.), hygiène alimentaire (coût d'une alimentation riche en produits frais, etc.).
  • Société de consommation et de loisirs : la précarité ne permet pas d'y accéder, sentiment de rejet, d'exclusion.
  • Chômage et difficultés financières entraînent une rupture du lien social voire une rupture familiale.
Conclusion :
La précarité est génératrice d'exclusion et peut représenter l'antichambre de la pauvreté. Le système social et de santé permet toutefois de maintenir l'individu dans un minimum qui lui permet de rebondir. De plus, les différentes associations caritatives luttent également pour la dignité du citoyen et font réfléchir au sens de la solidarité.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles