Normandie, janvier 2015, épreuve d'admissibilité, Moniteur Éducateur

-----------------------------------------------

Énoncé

Consignes
Le dossier proposé est composé d'un texte d'Isabelle Guardiola paru dans le magazine Valeurs Mutualistes N° 292 (sept. – oct. 2014)
Questions
I. Maîtrise de la langue (2 points)
Expliquez le sens dans le texte des mots ou des expressions soulignés :
  • la tentation narcissique ;
  • la norme du paraître ;
  • Le clivage ;
  • la convivialité ;
II. Compréhension de texte (8 points)
1. 
Expliquez : « L'exposition de son quotidien et l'étalage de soi sont pratiqués à tous les âges, dans la sphère amicale ou professionnelle » (1er paragraphe) (4 points)
2. 
« La principale dérive actuelle ne relève pas de la pathologie mais du mésusage » (3e paragraphe) (4 points)
III. Travail d'écriture (10 points)
L'auteur, Isabelle Guardiola conclut sa réflexion en ces termes : « Vous passez alors à coté de ce qui est le plus intéressant sur Internet : le contact, la convivialité, la collaboration. »
Dans une discussion ordonnée et argumentée, répondez à la problématique suivante : Comment utiliser Internet pour qu'il soit un moyen de créer du lien social ?
Pour cette épreuve, il sera tenu compte de la présentation, de l'orthographe et de la syntaxe (de 0 à -5 points). En estimant qu'on peut attendre des candidats une maîtrise correcte de l'écrit, le correcteur pourra pénaliser (max. 5 points) les travaux non satisfaisants. Aucune feuille de brouillon ne sera acceptée.
Document
« Internet la société du paraître »
Des millions d'internautes s'affichent, se livrent sur les blogs et les réseaux sociaux.
Que pensez de cette tendance exhibitionniste et nombriliste ?
En langage Twitter, « live-tweeter » signifie raconter ce que l'on est en train de vivre en direct – de plus ou moins intéressant. Sur les réseaux sociaux, blogs personnels et, au-delà dans la rue ou encore les transports avec l'utilisation massive des téléphones portables, la tendance est à la surexposition. Chacun y va du récit de ses emplettes du jour ou de la vidéo de ses vacances avec des amis riant bêtement lors de soirées arrosées. Sans, semble-t-il parfois, la moindre retenue. Le phénomène ne concerne pas seulement les adolescents et les loisirs : l'exposition de son quotidien et l'étalage de soi sont pratiqués à tous les âges, dans la sphère amicale ou professionnelle. Même les responsables économiques ou politiques (voire le Pape ! – succombent à la tentation narcissique du « selfie », cet autoportrait réalisé avec un smartphone et posté sur les réseaux sociaux. L'étape suivante consiste à apprécier le succès de ces partages, de qualité plus ou moins douteuse, en voyant monter sa jauge d'abonnés sur Twitter ou son nombre de « like »sur Facebook (bouton que l'on active sur la page d'une personne pour indiquer que l'on aime l'information émise).
La norme du paraître
Est-il si difficile de résister à « l'injonction narcissique » décrite par le philosophe Pierre Zaoui, auteur du récent essai La Discrétion ou l'art de disparaître (Ed. Autrement) ? Ne sommes-nous rien parce que nous avons peu ou pas d'amis sur Facebook ou de contacts professionnels sur Linkedin ? Mais, au fait, quel est le risque de cette invitation constante à parader ? « Cela peut engendrer des troubles, reconnaît Gérard Bonnet, psychanalyste et auteur de La tyrannie du paraître (Ed. Eyrolles). Soit le sentiment d'être transparent qui s'accompagne d'un repli sur soi, soit, plus grave, le clivage. On a parfois l'impression que l'excès d'apparence, de comportement, d'expression est la norme. Pour se protéger, on cherche à s'y conformer et, ce faisant, on développe une personnalité inverse à la sienne. »
Et, est-ce le développement des technologies qui a encouragé cette surexposition du Moi ? « L'être humain n'a pas changé, nous ne sommes pas des mutants ! Mais nous avons appris à utiliser des technologies qui nous permettent de mobiliser l'attention d'un grand nombre d'interlocuteurs de manière plus facile, répond Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste. On élargit les possibilités, mais le désir est le même. Celui de se montrer, d'avoir une bonne estime de soi, et, pour cela, de bénéficier de l'assentiment des autres. »
Un désir « d'extimité »
Tout le monde ne tombe pas pour autant dans l'exhibitionnisme qui consiste à montrer des facettes de soi dont on est sûr de l'effet : un corps dont on est fier, des plaisanteries imparables… « L'exhibitionniste est un cabotin répétitif qui ne court aucun risque »formule Serge Tisseron. Pour lui et contrairement aux lanceurs d'alerte, se montrer via les écrans comporte une prise de risque. Dans L'intimité surexposée, paru en 2001 (Ed. Ramsay) au moment de l'émission Loft Story, il parle de « désir d'extimité » pour expliquer ce besoin de se montrer sur Internet : « Un mécanisme par lequel chacun d'entre nous cherche à faire valider des parties de lui jusque-là tenues secrètes et dont il éprouve brusquement le besoin de les montrer à d'autres. »
La principale dérive actuelle, en étant, selon lui, de chercher à montrer que l'on est capable de faire plus, de recueillir à tout prix davantage de « Like », d'amis, de contacts, que le voisin : « Cela ne relève pas de la pathologie mais du mésusage. Vous passez alors à côté de ce qui est le plus intéressant sur Internet : le contact, la convivialité, la collaboration. »
Texte d'Isabelle Guardiola
paru dans le magazine Valeurs Mutualistes N° 292 (sept. – oct. 2014)

Corrigé

I. Maîtrise de la langue (2 points)
Tentation narcissique : Le terme narcissique est issu de Narcisse, personnage mythologique grec qui tomba amoureux de son reflet. Le narcissisme signifie l'admiration de soi-même ; il est synonyme d'égocentrisme. L'internaute cède au désir du « selfie ».
Norme du paraître : La norme est le critère auquel se réfère tout jugement. L'internaute se conforme à la règle de l'apparence.
Clivage : Ce terme signifie séparation, division. La tyrannie de l'apparence fait naître chez l'internaute une scission de sa personnalité ; celui-ci s'invente un personnage.
Convivialité : Ce mot désigne les rapports chaleureux et amicaux entre les personnes d'un groupe ou d'une société.
II. Compréhension de texte (8 points)
Document
1. 
Tous les internautes, adultes ou adolescents, quel que soit leur rang dans l'échelle sociale, sont concernés par la tendance exhibitionniste, l'attirance du nombrilisme en langage familier. L'exhibitionnisme, au sens second, est le fait de raconter ses impressions, ses sentiments dans le domaine personnel ou dans le cadre de son métier.
2. 
La pathologie est un terme médical désignant l'étude des maladies, de leurs causes et de leurs symptômes. Il ne s'agit pas ici des manifestations d'une maladie et de ses effets morbides mais plutôt d'une mauvaise façon d'utiliser Internet. L'affichage excessif de soi conduit à une déviation par rapport à l'usage normal de cet outil.
III. Travail d'écriture (10 points)
Comment utiliser Internet pour qu'il soit un moyen de créer du lien social ?
Le candidat devra faire une introduction qui comprendra obligatoirement une problématique (une quinzaine de lignes).
L'auteur constate qu'on ne fait pas un bon usage d'Internet. Ce réseau informatique mondial accessible au public fournit une foule d'informations qui conduisent à l'élaboration d'applications et de services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée, les prises de parole dans les blogs, les réseaux sociaux.
Elle suggère de réapprendre à se servir du net afin d'aboutir à un vrai échange entre les gens. Elle met en valeur les trois mots clés, selon elle, d'une communication enrichissante. Il s'agit du « contact » (relations, rencontres, rapprochements), de la « convivialité »(rapports chaleureux au sein d'un groupe, d'une société) et de la « collaboration »(participation, coopération, entraide). Le fait de s'associer, de se mobiliser créera une véritable sociabilisation. Cependant une éducation aux médias numériques est indispensable de la part des parents et des enseignants (dangers d'Internet).
Idées à développer et à illustrer d'exemples précis.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles