PACA, session 2008, épreuve d'admission, assistant de service social, éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants

-----------------------------------------------

Énoncé

Consignes
1. Identifiez et repérez les idées principales du texte ; discutez-les en illustrant votre propos par un ou plusieurs exemples.
2. Consacrez une page à préciser en quoi votre futur métier est concerné par la question des droits.
Pour cette épreuve, il sera tenu compte du style et de l'orthographe. Vous serez noté sur 20.
Texte
Lutte contre les discriminations et lien social
On ne peut que constater les décalages entre les principes proclamés de l'égalité de tous les individus-citoyens et la réalité des inégalités de conditions économico-sociales ainsi que des discriminations fondées sur les origines historiques ou « raciales » (c'est-à-dire justifiées par l'idée qu'il existe des « races » différentes et inégales). Alors même que les valeurs démocratiques devraient interdire tous les comportements qui traitent inégalement des personnes égales, on a observé et on continue à observer des pratiques qui sont autant de manquements aux valeurs dont se réclament les sociétés démocratiques - de la séparation dans l'espace public des Blancs et des Noirs dans le deep South aux États-Unis jusque dans les années 1970 à la difficulté des élèves des lycées professionnels d'origine maghrébine à obtenir un stage dans une entreprise, les exemples, inégalement graves, ne manquent pas. C'est sur l'interprétation de ces discordances que les analyses peuvent diverger. Sont-elles inhérentes au principe même de la démocratie et cette dernière doit-elle être, en conséquence, dénoncée et radicalement condamnée, comme le font par exemple les tenants du Black power aux États-Unis ? Ou bien s'agit-il des insuffisances et du dévoiement des principes démocratiques qu'il faut conserver à tout prix ? Dans ce cas, la lutte contre les discriminations s'inscrirait dans le combat démocratique lui-même, qui consiste à lutter pour que les sociétés démocratiques soient le moins infidèles possible aux principes qu'elles invoquent pour légitimer leur politique – sachant qu'il existera toujours inévitablement un décalage, inscrit dans l'utopie démocratique, entre la proclamation des principes de l'égalité de tous les citoyens et les réalités de l'ordre et des pratiques sociales.
Dominique Schnapper

Corrigé

Nous proposons ici une méthode de traitement plutôt qu'un « produit fini » qui limiterait forcément le champ des possibles.
Il s'agit de commenter un texte, en répondant à deux questions sensées servir de guide à la démarche. La seconde question, demandant aux étudiants d'articuler la représentation qu'ils se font de leur futur métier avec « la question des droits » (notion qui n'apparaît pas explicitement dans le texte) peut supprendre, le raccord entre les deux semblant légèrement « téléphoné ». À moins que l'auteur du sujet ne considère que la « citoyenneté » (surtout celle des personnes cibles de l'action sociale) ne repose que sur un pilier, celui de l'accès au(x) droit(s). Le problème soulevé par le texte est moins celui « des droits » que celui « du droit », ce glissement étant assez fréquent, quoique regrettable.
• Dominique Schnapper, sociologue, membre du conseil constitutionnel (certains se souviendront peut-être qu'elle est également la fille de Raymond Aron), nous invite à réfléchir aux « décalages entre les principes proclamés de l'égalité de tous les individus – citoyens et la réalité des inégalités de conditions… ». Cette « discordance » entre le de jure et le de facto peut être interprétée de deux manières :
  • « inhérente » à la démocratie, cette discordance la délégitimise ;
  • consubstantielle à la démocratie, elle justifie la « lutte contre les discriminations ».
Les « révolutionnaires » de tous poils s'appuieront sur la première interprétation pour justifier leurs attaques contre un système incapable de résoudre sa contradiction essentielle ; celles et ceux qui considèrent que ce « décalage » est « inscrit dans l'utopie démocratique » travailleront à en atténuer l'impact. La transition est toute trouvée pour souscrire à l'invitation qui nous est faite de répondre à la seconde question.
• La problématique à partir de laquelle sera bâti le plan du commentaire pourrait ressembler à ce qui suit :
  • la démocratie (telle qu'en vigueur en France) est un mode d'organisation politique fondé sur l'égalité en droit des citoyens, qui doit lutter contre les inégalités de fait, afin d'éviter le risque de désintégration sociale ;
  • selon l'interprétation que l'on fera de la contradiction fondatrice, on travaillera à la disparition du cadre qui la produit (la démocratie), ou bien on s'emploiera à réduire l'écart entre les principes et la réalité ;
  • on osera supposer, ici, que les travailleurs sociaux s'inscrivent dans la seconde démarche, et que la mission qui leur est confiée d'aider les personnes à accéder à la citoyenneté passe, bien sûr, par un accompagnement à l'accès aux droits mais également par un travail sur la capacité d'exercice des devoirs.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles