Etudes à l'étranger : faire reconnaître son diplôme

-----------------------------------------------
Obtenir une équivalence de diplôme
Dans le cadre d'un programme d'échange étudiant
Zoom
Diplôme de l'Université de Californie
Diplôme de l'Université de Californie
Si vous partez dans le cadre d'un programme dit « de mobilité individuelle ou collective organisée », qu'il s'agisse d'échanges bilatéraux ou d'un programme type Erasmus, la reconnaissance académique de la formation suivie est en général prévue par les accords d'échange signés entre les universités et écoles partenaires.
Il peut aussi suffire d'appliquer le système d'unités de crédit de diplôme mis en place dans l'Union Européenne, grâce au système européen de transfert et d'accumulation de crédits (ECTS) qui fonctionne dans l'ensemble des pays membres.
Vous pouvez donc obtenir des crédits en suivant des cours à l'étranger comme vous le feriez en France, leur nombre étant déterminé en fonction du nombre d'heures de cours, de la charge de travail demandée à l'étudiant et des objectifs de formation à atteindre. Au total, une année universitaire correspond à 60 crédits et la valeur d'un crédit à environ 25 à 30 heures de travail.
Pour un séjour étudiant en dehors de tout programme d'échange
Zoom
Diplôme de l'Université du Québec
Diplôme de l'Université du Québec
Si vous vous inscrivez seul auprès d'une université étrangère, la reconnaissance n'est pas automatique car, pour l'heure, il n'existe pas en France d'équivalence juridique entre les diplômes obtenus à l'étranger et les diplômes français.
Pour faire reconnaître son diplôme, il faut s'adresser au Centre ENIC-NARIC (Centre d'information sur la reconnaissance académique et la reconnaissance professionnelle) qui délivre des attestations de reconnaissance de niveau d'étude.
Différents documents sont nécessaires à l'élaboration de son dossier : photocopie du diplôme dans la langue d'origine et sa traduction par un traducteur assermenté, justificatifs de la durée des études (également dans la langue du pays et en français), lettre de motivation, etc. Les universités peuvent également fournir un supplément au diplôme qui décrit de façon précise le cursus suivi (nature des cours, contenu, niveau, etc.).
Les diplômes et labels internationaux
Les Master of Business Administration (MBA)
Obtenir un Master of Business Administration (MBA) à la sortie d'une école de commerce ou d'ingénieur ouvre sans aucun doute les portes des postes à haute responsabilité au sein des entreprises, notamment les multinationales : à travers un enseignement pratique et concret, ces formations sélectives s'attachent à donner une vision très globale de l'entreprise pour former les businessmen de demain.
De fait, le titulaire du MBA pourra gravir plus rapidement les échelons et augmenter ses prétentions salariales.
Pour être accepté dans un MBA, les candidats doivent passer des tests, dont les plus fréquents sont ceux du Graduate Management Admission Council (GMAT).
Mais avant d'ajouter un chiffre à son bulletin de paie, ces formations sélectives nécessitent un investissement financier conséquent, dans la mesure où les frais de scolarité, extrêmement élevés, dépassent fréquemment les 40 000 €, voire atteignent plus de 100 000 €.
Il paraît donc judicieux de s'assurer que la formation que l'on s'apprête à entamer est reconnue au niveau international. Car si les MBA, qui étaient il y a quelques années l'apanage des États-Unis, fleurissent aujourd'hui un peu partout dans le monde, tous ne sont pas de qualité égale.
Zoom
La Wharton School de l'Université de Pennsylvanie, le meilleur MBA du monde© Jeffrey M. Vinocur
La Wharton School de l'Université de Pennsylvanie, le meilleur MBA du monde
Référence fiable au niveau mondial, l'Association for Master Business Administration (AMBA) rassemble, sous son label, les meilleures formations.
A l'heure actuelle, 148 formations sont accréditées par l'AMBA dans 68 pays différents. 13 écoles françaises offrent des formations labelisées AMBA : Audencia Nantes, CNAM Institut International du Management, EDHEC, ENPC, ESCP-EAP, EM Grenoble, HEC Paris, IAE Aix-en-Provence, Sciences Po Paris, INSEAD, EM Lyon, ESC Reims et ESC Toulouse.
Le Financial Times publie par ailleurs chaque année un classement des meilleurs MBA. En 2008, la palme est revenue à la Wharton School de l'université américaine de Pennsylvanie, devant la London Business School et la Columbia Business School. Seules 3 écoles françaises sont représentées : l'INSEAD (6ème), HEC Paris (18ème) et EM Lyon (99ème).
Des labels pour les écoles de commerce
Si vous souhaitez vous orienter vers une carrière internationale, les diplômes des écoles de commerce et de management reconnues dans le monde entier constituent une garantie non négligeable pour bien démarrer sa vie professionnelle.
Deux labels attestent de la qualité des formations dispensées :
  • le label AACBS (Association to Advanced Colllegiate Schools) qui a accrédité 555 écoles en 2008 dont 11 françaises (Audencia Nantes, EDHEC, EM Lyon, ESCP-EAP, ESSEC, ESCEM, EM Grenoble, ESC Clermont, HEC Paris, INSEAD et ESC Toulouse),
  • le label EQUIS (European Quality Improvement) que l'European Foundation for Management Development (EFMD) a décerné à 110 institutions, dont 18 françaises (Audencia Nantes, EM Bordeaux, Ceram Sophia Antipolis, EM Lyon, EDHEC, ESCP-EAP, ESSEC, Euromed Marseille, EM Grenoble, HEC Paris, IAE Aix-en-Provence, ICN, INSEAD, ESC Lille, ESC Reims, ESC Rouen, ESCEM et ESC Toulouse).
Les BTS à référentiel commun européen
Coopération européenne oblige, les BTS s'ouvrent à nos voisins : depuis quelques années, des référentiels européens communs ont en effet été mis en place dans certaines spécialités, facilitant ainsi la mobilité des étudiants qui peuvent suivre à l'étranger une partie de leur cursus, qu'il s'agisse de cours en classe ou de stages en entreprises.
Créé en 2005, le BTS Responsable de l'hébergement est reconnu dans neuf pays (la France, mais aussi la Belgique, l'Espagne, l'Italie, la Grèce, la Hongrie, les Pays-Bas, la République Tchèque et le Royaume-Uni).
Rassemblant des matières comme le droit appliqué à l'hébergement, les langues vivantes, la communication, les ressources humaines, ou encore la gestion administrative, ce diplôme donne accès aux métiers de chef de réception, directeur d'hébergement, exploitant d'hôtel, de gîtes ou de chambres d'hôtes.
Le BTS Europlastic a, quant à lui, remplacé l'ancien BTS Industries plastiques. Mise en place en 2006 par cinq pays européens (la France, l'Italie, la Belgique, la Pologne et la Grèce), cette formation insiste sur l'enseignement de l'anglais professionnel dans un secteur en pleine expansion.
Enfin, le BTS Commerce international doit accueillir, lors de sa première session en 2009, des étudiants désireux de se former aux métiers de l'import-export.
Reconnu par neuf pays (l'Espagne, la France, la Grèce, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie et la Suisse), ce diplôme s'attache à faire acquérir des compétences en matière de négociation et de prospection de clientèle, mais aussi en ce qui concerne l'étude des marchés étrangers ou encore le management interculturel.
------------------------------------------------------------
copyright © 2006-2018, rue des écoles